LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux   Lun 7 Fév - 16:26

Les gaz de schiste connaissent présentement un essor extraordinaire aux États-Unis. En Europe, les compagnies pétrolières commencent à s'intéresser sérieusement à cette ressource de gaz non conventionnels. Leur exploitation causant une dégradation environnementale incommensurable, les écologistes et environnementalistes sont en alerte. C'est dans une certaine discrétion complice que la course aux gaz de schiste vient de commencer en France.

En Picardie, la société Toreador, le quatrième producteur de pétrole français, et son partenaire Hess devraient ainsi entamer, dès le début de l’année prochaine, un programme de six forages dans une zone supposée riche en huiles de schiste s’étendant sur 779 km2 autour de Château-Thierry (Aisne). L’américain Schuepbach Energy, associé à GDF Suez, est parti à la découverte de gisements de gaz de schiste en Lozère et en Ardèche où il détient deux autorisations de recherche sur des zones de 931 et 4414 km2. Tandis que Total et Devon Energy entendent fouiller une région de 4327 km2 près de Montélimar (Drôme)… Et ce n’est qu’un début. «Plusieurs autres permis d’exploration seront attribués dans les prochains mois», promet Charles Lamiraux, responsable de l’exploration pétrolière française au ministère de l’Energie. En tout, 65 000 km2 du territoire français seront bientôt livrés aux prospecteurs de gaz et huiles de schiste(source [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Qu'est-ce que le gaz de schiste?
Comment est-il extrait du sous-sol?
En quoi cause-t-il une dégradation environnementale désastreuse?
Pourquoi devons-nous tous dire non à l'exploitation du gaz de schiste?

Vous trouverez toutes les réponses dans les liens ci-dessous :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

-lien interactif : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dites NON! à l'exploitation du gaz de schiste!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Re: Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux   Lun 7 Fév - 17:54

Signée.. Quand on voit l'état de certaines côtes françaises et sachant que certaines constructions sont illégales... et sont toujours là alors qu'elles sont en béton... et que dire des gargottes des bords de plage !!! Deux poids : deux mesures...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste : les projets sont provisoirement suspendus   Ven 18 Fév - 19:14

Projets provisoirement suspendus

« Prouvez que vous ne ferez pas cela à l’américaine » : c’est ce que vient de demander la ministre de l’Écologie aux industriels qui s’apprêtent à prospecter les forages potentiels de gaz et d’huile de schiste en France. L’enjeu économique est considérable mais les risques environnementaux aussi. Et les industriels trop discrets sur leurs méthodes.

En 2009, les États-Unis sont passés devant la Russie pour la production de gaz naturel. Pourquoi ? Parce que de nouveaux types de gisements ont été mis en exploitation : les gaz de schiste. Le sous-sol européen en recèle à coup sûr de grandes quantités, dont une bonne proportion se trouve en France. Voilà pourquoi, sans doute, des permis de forage de prospection ont été accordés par le gouvernement à plusieurs industriels pour des recherches de gaz de schiste dans le sud du pays et d’huile de schiste en Île-de-France.

Un véritable tollé a suivi l’annonce de ces projets, généré par des associations de défense de l’environnement (France Nature Environnement notamment) mais aussi d’élus locaux, surpris de les découvrir ainsi. C’est qu’en effet l’exemple des États-Unis n’a pas de quoi rassurer les futurs riverains de ces forages…

Qu’est-ce donc, au fait, que ces produits géologiques restés jusque-là inexploités ? Il s’agit de sources d’hydrocarbures, gazeux ou huileux, qui se trouvent piégés dans des schistes, ces des roches argileuses organisées en feuillets. Il n’y a pas de « poches », c’est-à-dire de zones à fortes concentrations en hydrocarbures bloqués par une couche imperméable mais une répartition à faible densité (5 à 10 %) dans la roche qui est en quelque sorte imprégnée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les exploitations de gaz de schiste aux États-Unis, situées dans les régions colorées en rose. Les bassins sédimentaires sont figurés en rose pâle. © US Energy Information Administration

Des ressources gigantesques devenues rentables Ces sources ont longtemps été délaissées car elles sont plus difficiles, donc plus coûteuses, à exploiter. Ces gisements sont profonds – entre 1.500 et 3.000 mètres – et la seule pression ne peut pas faire gicler le pétrole ou le gaz. Il faut forer verticalement jusqu’au schiste imprégné puis horizontalement. Ensuite, depuis la surface, on injecte sous pression un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques (détergents, lubrifiants...). C’est la fracturation (ou cracking) hydraulique qui génère dans la roche un réseau de fractures au sein duquel le gaz ou l'huile pourra circuler, ce qui permet le pompage.

Avec l’augmentation du prix du gaz ou du pétrole, ces exploitations deviennent rentables et les États-Unis ont commencé à grande échelle en 2005. Des gisements de ce genre seraient nombreux. Selon Roland Vially, géologue à IFP Énergies nouvelles, « les réserves mondiales représenteraient plus de quatre fois les ressources de gaz conventionnel ». [/b]De plus, certains avancent que l'exploitation de ces gisements générerait moins de gaz à effet de serre que celle des sources conventionnelles.

La question du risque pour l’environnement se pose surtout pour la pollution possible des nappes phréatiques voisines après le cracking hydraulique. Ces gisements sont toujours bien plus profonds que les nappes aquifères mais une bonne partie des additifs chimiques injectés dans la roche est perdue et se diffuse donc dans le sous-sol. Ces produits détergents sont mauvais pour la santé et pour l’environnement et le problème est aggravé par la grande discrétion des industriels sur leurs compositions. On parle notamment de benzène et de méthanol.

Fin de la prospection ?

Aux États-Unis, plusieurs affaires récentes de pollution de l’eau (voir les liens en bas de l'article) ont suscité l’émoi et l’EPA (Environmental Protection Agency) a diligenté une enquête en mars 2010 et vient d’en confier les résultats à un comité scientifique indépendant.

En France, la ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, alertée sur le dossier (qu’elle gère en compagnie d’Éric Besson, ministre de l’Industrie), a reçu les représentants de Total, de Schuepbach, de Toreador et de Vermillon, les quatre industriels qui ont prévu des forages cette année ou en 2012, les deux premiers pour le gaz et les deux autres pour l’huile.

Les prospections pour le gaz de schiste sont suspendues dans le sud de la France jusqu’au 31 mai prochain, à l’issue d’une mission d’évaluation qui vient d’être constituée. Pour l’huile de schiste du bassin parisien, les prospections sont suspendues également mais seulement jusqu’au 15 avril, date de remise d’un rapport.

Dans l’attente de conclusions définitives, les forages horizontaux (donc le cracking) seraient interdits. Pour autoriser de nouveau les prospections, la ministre affirme avoir demandé à ces industriels de « prouver qu’ils peuvent procéder autrement qu’aux États-Unis ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une présentation schématique des gisements d'hydrocarbures. Le gaz de schiste (Gas-rich shale) est profond. Les gisements traditionnels (Conventional gas, où gaz et huile sont ou non associés) ont migré depuis longtemps vers le haut et sont retenus par une couche imperméable (seal). Entre les deux, il peut exister des concentrations locales dans des sables denses (tight sand gaz). La figure montre aussi le méthane de houille (coalbed methane). © US Energy Information Administration


Source : Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences le 14/02/2011

Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Re: Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux   Sam 19 Fév - 11:30

Après avoir lu le second article, il semblerait qu'il y ait des distorsions entre les informations fournies par les deux articles principaux. Même Greenpace a lancé une alerte, et en général Greenpace est pour moi un organisme plutôt bien informé... Donc à la lecture de tous les documents lus sur le sujet, je suis contre cette exploitation outrancière des sous-sols. La terre va déjà très mal c'est pas la peine d'en rajouter... Ces profiteurs pollueurs agissent comme s'il ne devait pas y avoir de lendemains...??? !!! ???

Il faut donc signer au plus vite cette pétition avant fin mars début avril si nous voulons avoir une chance de faire entendre notre opinion... Signez la pétition pour la sauvegarde des trésors des sous-sol... Il faut penser aux générations futures.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Schiste : Le Québec veut en savoir plus   Mer 9 Mar - 23:20

Gaz de schiste : le Québec veut en savoir plus sur les risques mais n'adoptera pas de moratoire

La presse québecoise fait aujourd'hui sa Une avec le gaz de schiste : "Québec calme le jeu", titre ainsi Le Devoir.

Au coeur de ces débats, les conclusions du rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (Bape) portant sur le développement durable de l'industrie des gaz de schiste au Québec.

En savoir plus sur la réalité des risques Demandé par Pierre Arcand, le ministre du Développement durable du Québec, ce rapport a été rédigé au terme d'une intense période de consultations.

Tonalité générale de la conclusion : il faut en savoir plus sur la réalité des risques !

Voici le paragraphe principal du rapport :

"Pour certaines questions fondamentales, les réponses sont toutefois partielles ou inexistantes. Pour répondre à ce besoin d’acquisition de connaissances scientifiques et en l’absence de faits probants permettant de déterminer les risques que pourraient comporter l’exploration et l’exploitation du gaz de shale, il est proposé de procéder à une évaluation environnementale stratégique. Tant que l’évaluation serait en cours, la fracturation hydraulique ne serait autorisée que pour les travaux requis par l’évaluation. Les travaux d’exploration pourraient continuer, mais sans l’utilisation de la fracturation hydraulique. Une telle évaluation constitue un passage obligé, tant pour un processus de prise de décision éclairée que pour la recherche d’une meilleure acceptabilité sociale."

Pas de moratoire sur les puits déjà forés et sur de nouvelles explorations L'essentiel de cette conclusion a été repris par le ministre québecois du Développement durable qui a indiqué que le gouvernement créerait un comité composé de représentants d'organismes gouvernementaux, municipaux, universitaires et d'entreprises privées qui devra statuer sur les modalités de l'évaluation.

En attendant, il n'y aura pas de moratoire, a précisé le ministre.

Les entreprises qui ont déjà foré des puits par fracturation hydraulique (18) pourront continuer à les exploiter et des travaux d'exploration de nouvelles zones pourront être menés.

Les journalistes du Devoir remarquent que "la proposition des commissaires qu'a retenue Québec est très semblable à ce qu'a suggéré tout récemment le nouveau président de l'Association pétrolière et gazière du Québec, Lucien Bouchard."


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 9/03/2011
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste : des forages suspendus aux Etats-Unis à la suite d'un accident   Sam 23 Avr - 3:55

Gaz de schiste : des forages suspendus aux Etats-Unis à la suite d'un accident



A la suite d'une explosion dans un puits de forage situé en Pennsylvanie, aux Etats-Unis, plusieurs forages destinés à l'extraction de gaz de schiste ont été suspendus.

Les gaz de schiste font polémique en France où plusieurs associations et militants tentent d'en faire interdire l'exploitation. De plus, une étude rapportait récemment la présence de substances cancérigènes dans les forages. Dans ce contexte tendu est survenu, aux Etats-Unis, un accident sur un site d'extraction de gaz de schiste. Suite à l'explosion d'un puits de forage, une pollution de l'eau s'est produite et la compagnie Chesapeake Energy a décidé de suspendre les opérations de fracturation hydraulique pour le moment, rapporte Reuters.

Le puits a finalement été comblé avec du caoutchouc, de la boue et du plastique. Le groupe Chesapeake a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances de l'accident. De leur côté, les défenseurs de l'environnement et les riverains du comté de Bradfort ont profité de l'accident pour dénoncer les dangers de la fracturation hydraulique (injection d'un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques).
En ce sens, l'avocate pour le Conseil de défense des ressources naturelles, Kate Sinding, a expliqué à l'agence Reuters : "C'est le genre d'accident qui devrait à nouveau éclairer le fait qu'en dépit des assurances répétées de l'industrie et des autorités de régulation en Pennsylvanie, les choses continuent à aller de travers". Un discours inverse à celui de Jim Inhofe, sénateur de l'Oklahoma, qui défend la fracturation hydraulique. A noter que la Pennsylvanie pourrait abriter d'importantes quantités de gaz de schiste.


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Re: Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux   Dim 22 Mai - 10:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Des collectifs citoyens, réunis au sein des coordinations nationale et européenne, des associations, des personnalités et des élus se rassemblent aujourd'hui, à l'occasion de l'examen de la « [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] » par l'Assemblée Nationale.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un an à peine après la signature par Jean-Louis Borloo, en plein Grenelle de l'environnement, des permis d'exploitation (ou d'exploration) des gaz et huiles de schiste octroyés sans aucune consultation, une forte mobilisation citoyenne a réussi à imposer cette question dans le débat public, alertant sur les forts risques environnementaux et sociaux posés par ces activités et demandant renseignements de tous les permis.

Plusieurs propositions de lois, réunies en un texte unique, ont ainsi été déposées pour protéger ou empêcher des des catastrophes écologiques annoncées (entre autres, la contamination de l'eau, de l'air et des sols, de la consommation excessive d'eau et d'énergie).

La question de l'exploration et de l'exploitation des gaz et huiles de schistes ne se résume pas à une question de technique d'extraction. La crise climatique ne nous permet tout simplement pas d'aller extraire ces ressources. Rappelons en effet que les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production des hydrocarbures sont nettement supérieures à celles des ressources fossiles traditionnelles.

La baisse des réserves en gaz et en pétrole devrait inciter les Gouvernements à se tourner vers la sobriété énergétique et les énergies renouvelables. Lorgner du côté des ressources telles que celles dénoncées ne fera, au contraire, qu'alimenter notre dépendance aux énergies fossiles... Cela au mépris des engagements pris par la France sur la scène internationale et européenne ainsi qu'au plan national, à travers le Grenelle de l'environnement. De plus, l'exploitation de ces ressources ne fera que ralentir la nécessaire transition énergétique de la France.

Pour maintenir la pression sur les députés pour qu'ils adoptent un projet de loi visant à abroger les permis d'exploration de gaz et huiles de schistes déjà octroyés et à interdire la délivrance de tout nouveau permis d'exploration et d'exploitation, les collectifs et associations ont organisé un rassemblement festif suivi d'un happening « haut» en couleur, place Herriot à Paris (derrière l'Assemblée Nationale).

Les citoyens n'ont pour l'instant aucune assurance que les permis accordés soient réellement retirés, d'autant que le rapport final n'a pas encore fourni ses conclusions définitives.

Il est donc essentiel de continuer la mobilisation pour obtenir le retrait des permis d'exploration sans aucune indemnisation et l'interdiction ferme et définitive de l'exploration (y compris « expérimentale ») et de l'exploitation des gaz et huiles de schiste, aussi bien en France qu'à l'étranger par les filiales d'entreprises françaises.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les collectifs présents : Coordination nationale des collectifs anti gaz et huile de schiste, Le Collectif citoyen Non Ile-de-France aux gaz et pétroles de schiste, France Libertés, Les Amis de la Terre, Réseau Une seule planète, RAC (Réseau Action Climat), AITEC, ATTACGreenpeace.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: les sénateurs socialistes déposent une proposition de loi   Jeu 28 Juil - 0:11

Les sénateurs socialistes déposent une proposition de loi


Le groupe socialiste au Sénat a déposé mercredi une proposition de loi visant à interdire l'exploration et l'exploitation des gaz et huiles de schistes sur le territoire national et à réformer le code minier.

Les sénateurs socialistes emboîtent ainsi le pas aux députés PS et Verts qui avaient annoncé le 13 juillet dernier leur intention de déposer un texte contre l'exploitation du gaz de schiste, qui doit être inscrit dans une séance publique réservée au groupe du PS à l'Assemblée le 6 octobre.

Pour les sénateurs socialistes, "la loi adoptée le 30 juin 2011 par la majorité ne répond pas aux questions posées par la mobilisation citoyenne et se limite à l'interdiction d'une technique particulière d'exploration permettant ainsi la poursuite des recherches par d'autres moyens".

"Par ailleurs, le calendrier initialement prévu par le gouvernement n'a pas été respecté", déplorent les élus, qui détaillent: "Le rapport final de la mission interministérielle n'est toujours pas publié et l'ordonnance de ratification de la réforme du code minier n'est toujours pas inscrite à l'ordre du jour du Parlement".

"Le gouvernement semble tout faire pour gagner du temps jusqu'aux prochaines échéances électorales", analysent-ils, estimant "indispensable que la représentation nationale se saisisse à nouveau de cette question pour amener le gouvernement à modifier sa position".



.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Sables bitumineux : des émissions de gaz à effet de serre triplées en 2020   Ven 12 Aoû - 0:42

Sables bitumineux : des émissions de gaz à effet de serre triplées en 2020

D'ici à 2020, les émissions de gaz à effet de serre liées à l'exploitation des sables bitumineux en Alberta auront triplé. C'est du moins ce que révèle une récente étude publiée par le ministère de l'Environnement canadien.



Si le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] tente de redorer l'image de l'exploitation des sables bitumineux, considéré comme la méthode de production de pétrole la plus "sale" qui existe, une étude publiée par le ministère de l'Environnement canadien prévoit une augmentation considérable des émissions de gaz à effet de serre engendrées par cette exploitation. D'après cette étude, les émissions devraient tripler au cours de la prochaine décennie, pour atteindre 92 millions de tonnes, contre 30 millions de tonnes en 2005, révèle le site du New York Times.

Cette augmentation des émissions devrait bien plus que compenser les réductions réalisées dans d'autres domaines, comme la production d'électricité, souligne l'étude. Un constat qui fait "clairement comprendre que les sables bitumineux ne feront que continuer à être l'un des problèmes majeurs du pays en matière d'émissions au cours de la prochaine décennie et au-delà", souligne Simon Dyer, de l'Institut Pembina, qui étudie les questions énergétiques et environnementales.

En décembre 2009, lors du sommet de Copenhague, le Canada s'était fixé pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 17% à l'horizon 2020, et ce par rapport à leur niveau de 2005. Mais l'étude publiée par le ministère de l'Environnement révèle que le pays n'atteindra pas cet objectif. Au vu des estimations actuelles, seulement un quart des réductions nécessaires seront réalisées d'ici à 2020.



.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: Shell va investir près de 800 millions de dollars en Ukraine    Mer 31 Aoû - 22:31

Gaz de schiste: Shell va investir près de 800 millions de dollars en Ukraine

La compagnie anglo-néerlandaise doit très prochainement signer un accord visant à investir environ 800 millions de dollars (554 millions d'euros) dans l'exploration et la production de gaz de schiste en Ukraine, a annoncé mercredi la présidence ukrainienne.

"Il est prévu que 200 millions de dollars (138 millions d'euros) soient investis dans l'exploration et près de 600 millions de dollars (416 millions d'euros) dans la production" de gaz de schiste, a précisé aux journalistes le chef de l'administration présidentielle, Sergui Liovotchkine.

L'accord doit être signé jeudi avec Naftogaz, la société publique ukrainienne des hydrocarbures, a-t-il ajouté, précisant que le président Viktor Ianoukovitch allait à l'occasion rencontrer une délégation de Shell venue à Kiev.

Le gouvernement ukrainien avait précédemment annoncé que Shell espérait produire huit à dix milliards de mètres cubes de gaz de schiste annuellement depuis le gisement de Iouzovske situé dans les régions de Donetsk et Kharkiv (est du pays), selon l'agence Interfax.

L'Ukraine estime avoir les plus grosses réserves de gaz de schiste en Europe, mais aucune estimation fiable de leur volume n'a jamais été réalisée.

Très dépendante des importations du gaz russe qu'elle juge trop onéreuses, cette ex-république soviétique essaie d'en réduire sa consommation et de trouver des sources d'énergie alternatives.

Le Premier ministre, Mykola Azarov, a déclaré mardi que le pays devait faire des efforts pour parvenir à diviser par trois dans les années à venir les achats de gaz russe, qui doivent s'élever à 41 milliards de mètres cubes cette année, soit près de 65% de sa consommation annuelle.

Pour le chauffage, les autorités devraient remplacer le gaz par son charbon national, a-t-il notamment indiqué.

Dans ce contexte, la société Naftogaz a officiellement annoncé au géant russe Gazprom qu'elle prévoyait de réduire ses achats de gaz en 2012 à 27 milliards de mètres cubes, a indiqué mercredi une source gouvernementale ukrainienne à Interfax.

En réponse, le patron de Gazprom, Alexeï Miller, a déclaré que le contrat en vigueur empêchait l'Ukraine de payer moins de 33 milliards de mètres cubes de gaz par an.

"En 2012, Gazprom peut fournir à l'Ukraine 27 ou 26 ou 29 milliards de mètres cubes de gaz. Ou bien ne pas en livrer du tout si l'Ukraine le souhaite", a-t-il dit, cité par Interfax.

"Mais en tout cas, Naftogaz doit payer les livraisons d'au moins 33 milliards de mètres cubes. Telles sont les conditions dans le contrat en vigueur", a-t-il poursuivi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: Oettinger souhaite des normes européennes    Ven 9 Sep - 16:18

Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger a souhaité que l'exploitation de gaz de schiste dans les pays de l'UE obéisse à des normes communes, lors d'une réunion du Parti populaire européen (PPE) à Wroclaw, dans le sud-ouest de la Pologne.

"Je pense que les gaz non conventionnels ont besoins d'un haut niveau d'acceptation. Nous devons avoir de hautes exigences en matière de sécurité et de normes environnementales", a-t-il déclaré devant la presse.

"La meilleure façon de procéder est d'européaniser les standards. Nous allons donc présenter aux Etats membres des propositions au printemps prochain", a-t-il ajouté.

M. Oettinger a aussi déclaré, lors de cette réunion du PPE, qu'il souhaitait "des normes communes de protection de l'environnement, pour que les Etats membres puissent accorder des autorisations d'exploitation dans un cadre clair". (Je me dis donc que les projets tiennent toujours !) La Pologne rêve de devenir un nouvel eldorado énergétique grâce à de gigantesques gisements de gaz de schiste, évaluées par les spécialistes à 5.300 milliards de m3. S'ils étaient confirmés, ils pourraient la rendre indépendante des livraisons russes.

Mais d'autres pays sont réticents. La France a banni l'exploitation de ce gaz non conventionnel en raison des dangers pour l'environnement. Début mai, l'Assemblée nationale a adopté une proposition de loi interdisant la technique controversée de fracturation hydraulique pour son exploration et son exploitation.

Encore ignorées il y a 5 ans, les nouvelles techniques d'extraction du gaz ont bouleversé les équilibres mondiaux, en doublant par exemple les réserves estimées des Etats-Unis.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Total souhaite poursuivre son exploration de gaz de schiste en France    Lun 12 Sep - 22:42

Le groupe pétrolier Total a indiqué lundi qu'il souhaitait continuer à rechercher du gaz de schiste dans le sud-est de la France, dans le cadre d'un permis exclusif obtenu en 2010, mais sans avoir recours à la technique de la fracturation hydraulique, désormais interdite.

Total a déposé auprès de l'administration française, un rapport "motivé par la volonté du groupe de préserver les droits à l'exploration d'un domaine minier, droits qui lui ont été attribués en mars 2010 pour une durée de 5 ans".

Il y présente un "programme de travail", qui "ne prévoit pas de recours à la technique de la fracturation hydraulique", assure le groupe dans un communiqué.

A ce stade, Total ne précise pas quel type de technique il pourrait utiliser si jamais les recherches de cet hydrocarbure non conventionnel étaient concluantes.

Dans le cadre de la loi adoptée en juillet sur l'exploration et l'exploitation des gaz et huile de schiste, les titulaires de permis ont jusqu'au 13 septembre pour déclarer la technique utilisée et s'ils renonçaient ou pas à leurs droits d'exploration. Dans le cas d'utilisation de la fracturation hydraulique, les permis seront abrogés.

Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Energie a indiqué que "le gouvernement se prononcera sur le devenir des permis exclusifs de recherche d'ici le 13 octobre, après instruction par l'administration". Les rapports remis par les industriels devraient alors être rendus publics.

"On pense que l'interdiction de la fracturation hydraulique seule ne justifie pas qu'on renonce au permis, parce qu'il y a d'autres hydrocarbures qui peuvent être trouvés et produits sans la fracturation hydraulique", a expliqué à l'AFP Bruno Courme, directeur Total Gas Shale Europe.

Le permis accordé à Total dit "de Montélimar" couvre une zone de 4.327 km2 le long du Rhône du nord de Montélimar jusqu'à Montpellier.

Dans un premier temps, Total compte terminer "la phase d'études préliminaires lancée en 2010", visant à analyser les données déjà existantes sur le sous-sol de cette zone.

"Cette première phase doit être finie en mars 2012. Après on a le choix de continuer ou pas", a indiqué M. Courme.

Si les résultats sont jugés "encourageants", le pétrolier prévoit "une phase de forage destinée à recueillir des échantillons de roches" pour mieux déterminer le potentiel en hydrocarbures de la zone. "Aucun test de production ne sera réalisé à ce stade", explique Total.

Enfin, "si la présence d'une accumulation significative d'hydrocarbures est confirmée, il sera alors envisagé, dans une troisième et dernière phase d'exploration, d'évaluer la capacité de production de ces réservoirs", poursuit le groupe.

Sans plus de détails, il indique que les techniques utilisées dépendront des caractéristiques des réservoirs d'hydrocarbures et celles qui seront "disponibles et autorisées par la loi" à ce moment là.

"De toute façon, on se conforme à la loi, on ne fera pas de la fracturation hydraulique (...) Et s'il y a un jour des opérations sur le terrain, les gens seront prévenus et impliqués bien avant", a assuré Bruno Courme, appelant à "un débat" sur le sujet.

"Notre travail est de chercher des hydrocarbures, d'en trouver, de dire quels sont les enjeux (économiques, environnementaux...) pour les produire et de proposer des solutions techniques pour que ce soit acceptable", a-t-il ajouté.

La France est le premier pays à avoir interdit l'usage de la technique de la fracturation hydraulique, jugée hautement polluante.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Sables bitumineux : des émissions de gaz à effet de serre triplées en 2020   Mar 13 Sep - 8:46

Sables bitumineux : des émissions de gaz à effet de serre triplées en 2020



D'ici à 2020, les émissions de gaz à effet de serre liées à l'exploitation des sables bitumineux en Alberta auront triplé. C'est du moins ce que révèle une récente étude publiée par le ministère de l'Environnement canadien.



Si le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] tente de redorer l'image de l'exploitation des sables bitumineux, considéré comme la méthode de production de pétrole la plus "sale" qui existe, une étude publiée par le ministère de l'Environnement canadien prévoit une augmentation considérable des émissions de gaz à effet de serre engendrées par cette exploitation. D'après cette étude, les émissions devraient tripler au cours de la prochaine décennie, pour atteindre 92 millions de tonnes, contre 30 millions de tonnes en 2005, révèle le site du New York Times.

Cette augmentation des émissions devrait bien plus que compenser les réductions réalisées dans d'autres domaines, comme la production d'électricité, souligne l'étude. Un constat qui fait "clairement comprendre que les sables bitumineux ne feront que continuer à être l'un des problèmes majeurs du pays en matière d'émissions au cours de la prochaine décennie et au-delà", souligne Simon Dyer, de l'Institut Pembina, qui étudie les questions énergétiques et environnementales.

En décembre 2009, lors du sommet de Copenhague, le Canada s'était fixé pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 17% à l'horizon 2020, et ce par rapport à leur niveau de 2005. Mais l'étude publiée par le ministère de l'Environnement révèle que le pays n'atteindra pas cet objectif. Au vu des estimations actuelles, seulement un quart des réductions nécessaires seront réalisées d'ici à 2020.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: les sénateurs PS opposés à toute tentative d'exploration    Mer 14 Sep - 23:27

Les sénateurs socialistes s'opposent à "toute tentative d'exploration" de gaz de schiste alors que le groupe pétrolier Total a annoncé lundi son souhait de continuer la recherche dans le sud-est de la France, ont-il annoncé mardi dans un communiqué.

Total a déposé auprès de l'administration française un rapport "motivé par la volonté du groupe de préserver les droits à l'exploration d'un domaine minier, droits qui lui ont été attribués en mars 2010 pour une durée de 5 ans", sans avoir recours à la technique de la fracturation hydraulique, désormais interdite.

Jean-Pierre Bel, président du groupe socialiste, et l'ensemble des sénateurs PS "dénoncent les failles juridiques et les limites de la loi" de juillet dernier -- contre laquelle ils avaient voté -- qui était "censée, selon le gouvernement, empêcher les industriels de procéder à l'exploration des hydrocarbures de schiste".

Cette loi "n'a fait que retarder de deux mois, comme les sénateurs socialistes l'avaient prédit, l'exploration dans les zones concernées", déplorent-ils, prédisant : "Total a donné le signal, les autres sociétés bénéficiant de permis suivront".

Les sénateurs PS "exigent du gouvernement que la révision de l'ordonnance réformant le code minier, initialement prévue avant l'été 2011, soit inscrite dans les délais les plus courts à l'ordre du jour de la prochaine session du Parlement".

Ils rappellent qu'ils ont déposé le 27 juillet dernier une proposition de loi visant à interdire l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures de roche-mère.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: 73% des Polonais favorables à l'exploitation du gaz de schiste   Ven 30 Sep - 9:05

Selon un sondage publié mercredi, près de trois quarts des Polonais se prononcent en faveur de l'exploitation du gaz de schiste des importantes réserves du pays, malgré les avertissements des organisations écologistes.

Alors que l'exploitation de gaz de schiste continue de susciter la colère de nombreux écologistes et habitants des régions concernées notamment en France, la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] elle s'apprête à s'engager dans le secteur. Mais ceci ne déplairait pas aux habitants, si l'on en croit un sondage publié mercredi par l'institut CBOS et mené du 18 au 24 août auprès d'un échantillon de 1.051 personnes adultes.

En effet, d'après les résultats obtenus, 73% des Polonais sont favorables aux projets d'exploitation de gaz de schiste dont leur pays possède d'importantes réserves. Quand seulement 4% des Polonais y sont opposés et 23% n'ont pas d'opinion sur la question. Plus sérieux encore : 56% des sondés ne voient pas d'inconvénients à ce que l'extraction se fasse à proximité de leur habitation, tandis que 21% trouvent effrayante cette éventualité.

Par ailleurs, selon 43% de la population interrogée, l'exploitation du gaz de schiste n'a même aucune conséquence sur l'environnement. Une opinion qui s'oppose à celle de 16% des sondés qui estiment l'impact néfaste, tandis que 41% ne se prononcent pas.

L'exploitation démarrera en 2014

Il y a dix jours, le Premier ministre polonais Donald Tusk a annoncé que l'exploitation commerciale des gisements débuterait dès 2014, ce qui permettrait au pays d'échapper à sa dépendance des livraisons russes. D'après les évaluations des spécialistes, la Pologne disposerait de réserves gigantesques de gaz de schiste qui pourraient atteindre 5.300 milliards de mètres cubes.

Néanmoins, si la Pologne conforte son choix, il faudra qu'elle considère les hautes exigences en matière de sécurité et de normes environnementales que la technique nécessite, comme l'a suggéré le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Re: Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux   Ven 30 Sep - 9:07

Les résultats et commentaires de ce sondage auprès de la population polonaise me font dire qu'elle n'est pas ou est mal informée des conséquences de l'exploitation des gaz de schiste. C'est effrayant !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les permis de gaz de schiste accordés vont être abrogés    Sam 1 Oct - 9:39

Les permis de gaz de schiste accordés vont être abrogés

Le gouvernement s'apprête à abroger les trois permis d'exploration de gaz de schiste dans le sud de la France accordés en mars 2010, a indiqué vendredi le Figaro sur son site internet.

"La décision devrait être officialisée en tout début de semaine prochaine", affirme le quotidien. Les trois permis d'exploration avaient été accordés à Total à Montélimar et à la compagnie américaine Schuepbach en Ardèche et dans le Larzac.

Après le vote d'une loi en juin interdisant la technique controversée de la fracturation hydraulique, la seule permettant aujourd'hui d'exploiter les hydrocarbures non conventionnels, les industriels avaient deux mois pour déclarer la technique qu'ils comptaient utiliser.

Selon Le Figaro, la compagnie Schuepbach a indiqué qu'elle ne renonçait pas à la fracturation hydraulique, ce qui entraîne le retrait de son permis.

La même décision serait prise pour le permis accordé à Total. Le 12 septembre, le groupe pétrolier avait pourtant annoncé souhaiter continuer à rechercher du gaz de schiste dans le sud-est de la France, mais sans avoir recours à la technique de la fracturation hydraulique.

Le ministère de l'Energie avait alors indiqué à l'AFP que "le gouvernement se prononcera(it) sur le devenir des permis exclusifs de recherche d'ici le 13 octobre, après instruction par l'administration". Les rapports remis par les industriels devraient alors être rendus publics.

Le Parlement avait voté une loi sous la pression d'élus locaux et à la suite de plusieurs manifestations dans le sud de la France pour dénoncer la fracturation hydraulique, technnique notamment accusée de polluer les nappes phréatiques.

Trois autres permis d'exploration ont également été accordés dans le bassin parisien concernant l'exploration de l'huile (ou pétrole) de schiste, un autre type d'hydrocarbures non conventionnels.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: 3 permis abrogés par le gouvernement   Mar 4 Oct - 9:06

Ca y est, c'est fait l'annonce officielle a été faite hier par NKM : les trois permis sont abrogés, c'est-à-dire annulés ! Selon les intervenants c'est une victoire mais la mobilisation doit continuer. Il faut en effet rester mobiliser sur ce ce sujet car il reste les trois autres permis : Trois autres permis d'exploration ont également été accordés dans le bassin parisien concernant l'exploration de l'huile (ou pétrole) de schiste, un autre type d'hydrocarbures non conventionnels. (Voir article précédent).

Ce résultat est la conséquence de la forte mobilisation des associations écologiques mais aussi de nous tous, soucieux de notre environnement qui avons signé les pétitions en ligne...

J'espère que ce résultat continuera à encourager chacun à se mobiliser pour les causes qui semblent justes. Il appartient à tout le monde de faire entendre sa voix et son opinion. Les pétitions sont là pour ça... Nous devons défendre l'avenir de nos enfants afin qu'ils reçoivent à leur tour une terre où il fera encore bon vivre...

S'agissant de la Pologne où les explorations et exploitations vont bon train... Même si je comprends l'impérative nécessité de s'affranchir de l'approvisionnement en énergie en provenance de la Russie, compte tenu du passif entre les deux pays, j'espère que les consciences s'élèveront avant qu'il ne soit trop tard... Avant que le pays ne prenne des allures de No man's land (qui signifie littéralement : terre d'aucun homme)...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: le gouvernement abroge trois permis, dont celui de Total    Mar 4 Oct - 9:21

Le gouvernement a décidé lundi d'abroger les trois permis de recherche de gaz de schiste accordés à Total et à l'Américain Schuepbach dans le sud de la France, une victoire pour les opposants mobilisés depuis des mois contre la technique contestée de la fracturation hydraulique.

"Dans les deux rapports Schuepbach, était explicitement mentionné le projet d'utiliser la fracturation hydraulique" pourtant interdite depuis juillet, a souligné à l'AFP la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Dans le rapport de Total, "ce n'était pas le cas" mais "j'ai fait valoir l'argument que ce rapport n'était pas crédible", a-t-elle ajouté.

Le géant pétrolier français s'est dit "très surpris" par l'abrogation dont il a été informé "par voie de presse". Il a demandé des explications "pour comprendre sur quelles bases légales" a eu lieu l'annulation de son permis dit de Montélimar, grand de plus de 4.000 km2.

Dans son rapport remis aux ministères concernés le 12 septembre, Total s'est engagé "sans aucune ambiguité" à n'utiliser aucune technique interdite, rappelle le pétrolier.

Le chef de file des anti-schiste José Bové a lui fait part de sa "satisfaction", tout en demandant plus de garanties autour d'autres permis.

Pour les 61 autres permis d'exploration toujours en vigueur, dont 12 concernent des hydrocarbures non conventionnels, toutes les compagnies "ont pris l'engagement formel de ne pas recourir à la fracturation hydraulique", a indiqué le ministère. Des "inspections" seront menées pour s'assurer du non-recours à cette technique, selon le gouvernement.

Après le vote d'une loi en juin interdisant la technique controversée de la fracturation hydraulique, la seule permettant aujourd'hui d'exploiter les hydrocarbures de schiste, les industriels avaient deux mois pour déclarer la technique qu'ils comptaient utiliser.

Les trois permis en passe d'être annulés couvrent une surface de 9.672 km2 répartis sur sept départements dans le sud de la France.

En dépit des assurances de Total, la ministre a insisté sur le manque de "crédibilité" du projet.

"Total déclare vouloir maintenant chercher des hydrocarbures classiques, donc non gaz de schiste, dans une zone où le potentiel est très limité et alors même que Total se désintéresse de la recherche du conventionnel sur le territoire terrestre français depuis des années", a noté Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Et Total annonce aussi vouloir continuer à rechercher du gaz de schiste avec des techniques qui ne sont pas la fracturation hydraulique, or on sait aujourd'hui que ces techniques ne sont pas opérationnelles", a-t-elle ajouté.

Le Parlement avait voté une loi cet été sous la pression d'élus locaux et à la suite de plusieurs manifestations dans le sud de la France pour dénoncer la fracturation hydraulique, technique notamment accusée de polluer les nappes phréatiques.

Cette dernière consiste à "fracturer" la roche en grande profondeur (1.000 à 3.000 mètres) avec un mélange d'eau, de sédiments et de produits chimiques projeté à haute pression, afin de libérer les hydrocarbures.

L'annonce intervient alors que le président Nicolas Sarkozy se rend dans le Gard mardi, dans l'un des départements concernés par ces permis exclusifs de recherche de gaz de schiste.

Jeudi, l'Assemblée nationale doit également discuter d'un texte déposé par le PS et les Verts visant à interdire l'exploitation des gaz et huiles de schiste "quelle que soit la technique".

----- > Au cours des journaux d'actualité, j'ai entendu que Total était surpris de la décision... On peut s'en demander les raisons... Ce groupe avait signifié qu'il comptait continuer à faire des explorations mais sans indiquer comment ... sachant que la fracturation hydraulique était actuellement le seul moyen... Alors que cette technique était interdite en France...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Dans le Gard, des manifestants appellent à continuer la lutte    Lun 24 Oct - 14:23

Plusieurs milliers de manifestants ont réclamé dimanche à Barjac (Gard) l'abrogation des 61 permis de recherche d'hydrocarbures en vigueur en France, réaffirmant leur mobilisation après l'annulation par le gouvernement de trois permis visant les gaz de schiste.

Le rassemblement, auquel participaient le chef de file des anti-schiste José Bové et des élus locaux, a réuni entre 2.000 (préfecture) et 4.000 personnes (organisateurs).

"Les combustibles fossiles n'ont pas d'avenir", "Et nous les jeunes, on fera quoi quand vous aurez tout pourri?", "Les pétroliers magouillent, l'Etat embrouille, les citoyens dérouillent", affichaient quelques-unes des nombreuses banderoles déployées par la foule, venue principalement du Sud-Est, selon Antoine Combier, responsable de la coordination du collectif ardéchois contre les gaz de schiste.

Tout en se félicitant du succès de la "mobilisation citoyenne" qui a abouti à l'abrogation, officialisée le 13 octobre, des trois permis de recherche de gaz de schiste accordés à Total et à l'américain Schuepbach dans le sud de la France, les manifestants ont appelé à continuer le combat.

"Tous les permis, dont celui du bassin d'Alès, ici à Barjac, doivent être abrogés quel que soit le produit qu'on recherche", a estimé Jacqueline Balvet, représentante de l'organisation altermondialiste Attac.

Cette militante craint que la loi qui interdit depuis juillet la technique de la fracturation hydraulique, notamment accusée de polluer les nappes phréatiques, soit contournée.

"En cas de début des travaux des titulaires de permis, nous avons de quoi mobiliser très rapidement la population pour aller faire du blocage", a prévenu M. Combier, demandant "un vrai débat sur l'énergie".
Sur les 61 permis d'exploration restants, la plupart concernent le gaz et le pétrole conventionnels, principalement dans les bassins parisien et aquitain, pour lesquels la fracturation n'est pas nécessaire. Seuls huit concernent des hydrocarbures dits non conventionnels (gaz de houille), mais leurs détenteurs ont tous renoncé à la fracturation, selon Bercy.

Cette technique controversée consiste à "fracturer" la roche en grande profondeur (1.500 à 3.000 mètres) avec un mélange d'eau, de sédiments et de produits chimiques projeté à haute pression, afin de libérer les hydrocarbures.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Grande-Bretagne: des forages de gaz de schiste, cause probable de secousses sismiques    Jeu 3 Nov - 1:16

Des forages sur un gisement de gaz de schiste dans le Nord de l'Angleterre sont "très probablement" à l'origine de secousses sismiques ayant touché la région en avril et mai dernier, a estimé un rapport d'experts publié mercredi.

"Il est hautement probable que les opérations de fracturation" menées par la société britannique Cuadrilla "ont provoqué les réactions sismiques constatées, en raison d'une combinaison de facteurs liés à la nature géologique du site et à la pression exercée par l'eau injectée" sous terre, estime ce rapport rédigé par une équipe d'experts européens.

La région côtière du Lancashire (nord-est) avait enregistré le 1er avril et le 27 mai des secousse telluriques de magnitudes respectives 2,3 et 1,5 sur l'échelle de Richter.

Plusieurs organisations de défense de l'environnement avaient alors mis en cause les forages réalisés par Cuadrilla dans un puits des environs, ce qui avait poussé la compagnie à commander un rapport d'experts sur la question, après consultation avec le ministère britannique de l'Energie.

Ces forages utilisaient la technique controversée de la fracturation hydraulique, qui consiste à "fracturer" la roche en grande profondeur avec un mélange d'eau et de produits chimiques projeté à haute pression, afin d'en libérer les hydrocarbures.

"La conjonction de caractéristiques géologiques spécifiques à ce site est rare et ne devrait pas se reproduire à l'avenir sur d'autres puits", a cependant tempéré le rapport, estimant qu'une secousse sismique de magnitude 3 était "le pire scénario envisageable".

Mais "les injections d'eau ont lieu à 3 km sous la surface de la terre, ce qui réduit considérablement le risque que des séismes de magnitude 3 ou moins puissent avoir le moindre impact à la surface", ont poursuivi les experts, conseillant simplement à Cuadrilla de mettre en place "une veille de l'activité sismique" du sous-sol exploité.

Cuadrilla avait annoncé fin septembre que, après une première campagne de forages, elle évaluait à 200.000 milliards de pieds cube (soit 5.660 milliards de mètres cubes) les réserves de gaz de schiste dans le bassin du Lancashire -- soit l'équivalent des réserves prouvées du Venezuela.

Le chiffre avait été accueilli avec beaucoup de scepticisme par les analystes du secteur, qui jugent que seule une infime partie de ces éventuelles réserves serait réellement exploitable.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: La fracturation hydraulique fait des secousses en Grande-Bretagne    Mar 8 Nov - 0:25

Deux séismes enregistrés dans le nord-ouest de la Grande-Bretagne sont la conséquence de l'exploitation du gaz de schiste par la fracturation hydraulique, selon un rapport.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le site de forage de Cuadrilla Resources, près de Blackpool, a été investi par des manifestants, qui ont accroché des banderoles contre le 'fracking', le 2 novembre. (Peter Byrne/AP/SIPA)

Pour la première fois, des géologues estiment que l’exploitation de gaz de schiste par la fracturation hydraulique peut provoquer des séismes. En l’occurrence, les deux secousses se sont produites dans le nord-ouest de la Grande-Bretagne, dans le Lancashire, près de la ville de Blackpool, le 1er avril et le 27 mai dernier.

D’une magnitude respective de 2,3 et de 1,5 sur l’échelle de Richter, ces deux secousses ont été suivies de petites répliques (48 événements). Dans une région peu habituée à se préoccuper de son aléa sismique, la compagnie Cuadrilla Resources a été rapidement montrée du doigt : elle venait de réaliser le premier forage pour exploiter le gaz de schiste par la fracturation hydraulique en Grande-Bretagne.

Pour libérer le gaz de schiste coincé dans la roche mère, deux techniques sont en fait conjuguées : d’abord le forage profond, horizontalement puis verticalement dans la couche de schiste. Ensuite l’envoi d’eau sous pression avec du sable et divers additifs pour fracturer la roche (voir une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]).

L’épicentre du séisme du 27 mai se trouve à 2 km de profondeur et à 500 mètres du site de forage dans les schistes de Bowland. La société Cuadrilla a commandé un rapport à des experts indépendants qui, dans le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] remis le 2 novembre dernier, concluent que l’exploitation du gaz de schiste est la cause la plus probable des séismes. D’après leur analyse, c’est l’injection d’eau sous pression dans la roche après le forage qui serait en cause. Ce fluide aurait en quelque sorte lubrifié une faille existante, fragile, prête à rompre. Il s’agirait cependant d’une petite faille, d’environ 100 mètres sur 100 mètres, qui aurait bougé d’environ 1 cm.

Les experts estiment que ce cas de figure a peu de chances de se reproduire. Quoi qu’il en soit, c’est la première fois que la fracturation hydraulique est directement liée à un événement sismique dans le cadre de l'exploitation du gaz de schiste–[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Deux cas de secousses provoquées par cette même technique mais pour la géothermie ont déjà été établis.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schistes : l'incertitude sur les réserves jette le doute sur le développement du secteur   Dim 13 Nov - 2:31

Le 23 août dernier, l'U.S. Geological Survey (USGS), l'agence fédérale chargée de la prospection géologique et de l'évaluation des ressources du sous-sol, a achevé la mise à jour très attendue de son estimation des ressources en gaz naturel des schistes "Marcellus"(1).

Une estimation des réserves de gaz largement revue à la baisse


La formation Marcellus, qui englobe principalement les états de Pennsylvanie, de New York, de l'Ohio et de Virginie Occidentale, est devenue en quelques années le symbole de la "ruée vers le gaz" que représente le développement rapide de l'exploitation des gaz de schistes aux Etats-Unis. La précédente estimation de l'USGS évaluait ses réserves de gaz naturel techniquement exploitables à environ 57 milliards de mètres cubes.

Cette estimation n'avait pas été mise à jour depuis 2002. Or, depuis 2004 et le forage du premier puits de gaz naturel utilisant la fracturation hydraulique dans la formation Marcellus(2), la multiplication des forages laissait présager une quantité bien plus importante de gaz naturel disponible. Face à cette attente, la nouvelle estimation de l'USGS établit la quantité de réserves de gaz naturel techniquement exploitable à près de 2 379 milliards de mètres cubes, soit 40 fois plus. Au rythme de consommation actuel, ces réserves permettraient d'assurer à elles seules près de 4 années de consommation de gaz naturel.

Aussi important que soit ce résultat, il est très inférieur à une autre estimation formulée quelques mois plus tôt par l'Agence pour l'Information sur l'Energie (EIA), une agence fédérale indépendante chargée de fournir des données sur l'énergie(3). Celle-ci avait estimé que la formation Marcellus pouvait comporter environ 11 610 milliards de mètres cubes.

Le travail de l'EIA mis en cause


Suite à la parution de l'estimation de l'USGS, l'EIA a rapidement annoncé qu'elle prendrait ce résultat en compte en l'intégrant dans la prochaine version de l'"Annual Energy Outlook", son rapport annuel sur l'état des réserves énergétiques aux Etats-Unis, une référence du secteur(4). "Nous considérons que l'USGS est experte dans ce domaine," déclare Philip Budzik, un analyste de l'EIA. "Ce sont des géologues, ce qui n'est pas notre cas. [...]".

Néanmoins, l'EIA fait l'objet d'interrogations quant à la pertinence de la récente révision de sa méthode de calcul de la production de gaz naturel(5), et sur les raisons cachées derrière la publication d'un résultat que certains estiment exagérément optimiste. "Je félicite l'EIA pour avoir annoncé qu'ils reprendraient à leur compte les estimations de l'USGS, puisque celles-ci reposent sur la meilleure science disponible", déclare le représentant Maurice Hinchey (démocrate de New York), auteur d'une proposition de loi introduite en mars qui vise à mieux encadrer la pratique de la fracturation hydraulique(6). "Toutefois, je reste préoccupé par la démarche qui a mené à établir les premières estimations, et j'ai des questions sur la façon dont cette rectification va affecter l'avenir des gaz des schistes."

Ces interrogations font suite à celles apparues en juin dernier, lorsque des courriers électroniques internes à l'EIA avaient été publiés dans le New York Times. Ceux-ci montraient que, malgré les prévisions optimistes publiées par l'agence, un haut degré de scepticisme existe en interne parmi les spécialistes quant au développement rapide et profitable de l'exploitation des gaz de schistes(7). "Suis-je totalement fou, ou tout le monde vante-t-il les mérites des gaz de schistes sans vraiment comprendre comment leur économie fonctionne ?" écrit un analyste de l'EIA à un collègue dans un email du 27 avril 2011. "Il est très probable que beaucoup de ces compagnies [gazières] fassent faillite" écrit un conseiller de l'administrateur de l'EIA.

Néanmoins, certains experts comme Terry Engelder, professeur de sciences de la terre à l'université de l'état de Pennsylvanie, estiment que l'estimation de l'USGS reste bien trop faible. Selon lui, les réserves de gaz naturel techniquement exploitable seraient plus proche de 14 158 milliards de mètres cubes. Il note que quatre producteurs de gaz de la région - Range Resources, Cabot Oil & Gas, Ultra et Cheasapeake Energy - ont déclaré détenir une quantité cumulée de 2 152 milliards de mètres cubes. Si l'estimation de l'USGS était correcte, affirme Engelder, cela signifierait que les autres compagnies du secteur présentes dans la formation Marcellus - tel que Exxon ou Chevron - auraient investi beaucoup d'argent pour une quantité relativement faible de gaz, ce qu'il estime peu probable.

Des compagnies gazières soumises à l'inspection des autorités publiques


Cette incertitude quant au niveau des réserves amène certaines autorités publiques à douter des déclarations des compagnies gazières sur le potentiel économique des gaz de schistes, et à souhaiter obtenir plus d'informations de la part des exploitants.

Le 8 août dernier, le procureur général de l'état de New York Eric Schneiderman (démocrate), connu pour ses prises de positions à l'encontre de l'industrie gazière, a assigné 3 compagnies du secteur opérant dans l'état de New York - Range Resources, Cabot Oil & Gas et Goodrich Petroleum - à fournir des documents relatifs à leurs activités. Le procureur général réclame notamment des éléments permettant de justifier les différences constatées entre les déclarations des compagnies aux investisseurs sur la performance des puits exploités, et les informations consignés auprès des autorités fédérales.

De plus, on leur demande de dévoiler les formules utilisées pour estimer le potentiel des puits de gaz de schistes en termes de ressources et de rentabilité. Une quatrième compagnie, Chesapeake Energy, s'est également vue sommée de répondre aux mêmes questions. "Les assignations qui ont émises sont importantes car elles montrent que la surveillance des compagnies impliquées dans les gaz de schistes va au-delà des états traditionnellement producteurs de pétrole et de gaz" déclare Kevin Book, directeur de recherche chez ClearView Energy Partners, une société de conseil.

L'action du procureur s'inscrit dans le cadre d'une enquête des autorités de l'Etat pour déterminer si ces compagnies ont correctement informé leurs investisseurs des enjeux de la prospection du gaz de schistes. Outre les risques pour les investisseurs privés, l'état de New York craint que, si la solidité financière de ces compagnies se révélait moins bonne que prévu, certains de ses investissements - plus de 45 millions de dollars - pourraient être menacés.

Cette démarche fait suite à celle de la Securities and Exchanges Commission (SEC) - le "gendarme de la Bourse" américain, qui a également assigné plusieurs compagnies du secteur en juillet dernier à fournir des documents. La SEC cherche également à clarifier les informations déclarées par les compagnies gazières et à vérifier dans quelle mesure celles-ci peuvent exploiter de façon rentable les puits de gaz de schistes sur le long terme.

En effet, si les puits de gaz de schistes produisent beaucoup au cours de leur première année d'exploitation, cette productivité tend à chuter significativement par la suite. Certains industriels estiment que les puits peuvent néanmoins continuer à produire du gaz à un rythme faible mais constant pendant des années. Cependant, l'immense majorité des puits de gaz de schistes sont récents, et le manque de données rend difficile la réponse à la question de la rentabilité sur le long-terme.

De l'avis de nombreux experts, les démarches des autorités sont le résultat de l'attention médiatique croissante rencontrée par la question des gaz de schistes ainsi que la croissance exponentielle du secteur ces dernières années. Ces requêtes laissent présager un plus grand nombre d'enquêtes officielles(Cool

Sources :



  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - USGS Newsroom ; 23/08/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - E&E News PM - SORAGHAN Mike ; 23/08/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - The New York Times - URBINA Ian ; 24/08/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - E&E Greenwire - SORAGHAN Mike ; 25/08/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - The New York Times - URBINA Ian ; 25/06/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - E&E Greenwire ; 27/06/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - The New York Times - URBINA Ian ; 29/07/2011
  • "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" - The New York Times - URBINA Ian ; 18/07/2011

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Gabriel Marty
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Non au gaz de schiste ! Halte aux PER sur la commune de Gréoux les Bains   Mar 10 Juil - 10:55

Début : 17/06/2012 - Fin : 17/09/2012
Auteur : Collectif Non au gaz de schiste de Gréoux les Bains [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Cibles : Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l'Énergie, Ministère du Redressement productif, Préfectures des Alpes de Haute Provence et du Var, Conseil Général des Alpes de haute Provence, communauté de Communes Lubéron-Durance-Verdon, Maire de Gréoux-les-bains.


Mesdames et Messieurs les Ministres, Préfet, Conseiller, Président et Maire,


Actuellement, notre commune, Gréoux-les-Bains, est menacée par 2 demandes de permis exclusifs de recherche. Nous osons dire menacée car «sans aucune information, sans aucune consultation préalable du peuple, le précédent gouvernement français a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit d’explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de schiste à but scientifique*» comme le stipule la loi du 13 juillet 2011.

Nous sommes inquiets car M. Hollande, notre Président a signé l'article 11 de la convention du G8 à Camps David le 26 mai dernier.

«11. Dans nos démarches pour obtenir la sécurité énergétique, nous remettrons l’accent sur les mesures de sûreté et de durabilité. Nous sommes résolus à définir et à échanger des pratiques exemplaires sur la production énergétique, notamment en ce qui touche l’exploration dans les régions éloignées et l’utilisation de technologies telles que le forage en eaux profondes et la fracturation hydraulique, là où elles sont autorisées, pour permettre le développement sécuritaire de sources d’énergie, en tenant compte des préoccupations environnementales pendant le cycle de vie d’un site. À la lumière de l’accident nucléaire qui a été provoqué par le tsunami au Japon, nous continuons à soutenir fortement les initiatives visant à mener des évaluations approfondies des risques et de la sécurité des installations nucléaires existantes et à renforcer la mise en œuvre des conventions applicables dans la perspective de rehausser la sécurité nucléaire.»

Des permis ont été autorisés en France. Cet article permettrait donc de pratiquer du fracking partout où ces permis ont été accordés ?

Et malgré le désir de transparence de Mme Bricq avec notamment le remaniement du site du Ministère de l’Écologie où nous pouvons désormais télécharger les courriers des requérants, nous constatons que ces fameuses demandes qui datent maintenant de 2 et 4 ans sont toujours présentes sur le site et donc valides pour être examinées. Pour le permis de Gréoux-les-bains, la lettre de la société Thermopyles est datée du 11 février 2010. Pour le permis de Brignoles, la lettre est datée du 1 octobre 2008.

Nous avions cru comprendre que ce genre de demande a une validité de 2 ans. Pourquoi sont-elles toujours actives ? Aucune information n'est donnée à ce sujet.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le collectif Non au gaz de schiste de Gréoux vous interpelle :

Vu les importants dégâts que provoque la fracturation hydraulique notamment dans les réseaux karstiques dont l'homme ne connaît pas encore toute la complexité,

Vu la création des failles par cette même fracturation, dans un sous-sol qui se situe très près de la faille sismique de la Durance. Cette même faille justifiant les équipements et constructions à des normes anti-sismiques notamment pour le projet ITER ou Géosel qui sont à une quinzaine de kilomètres.

Vu les besoins en eau gigantesques (équivalent de 5 piscines olympiques par fracturation ; les puits pouvant être fracturés jusqu'à 20 fois) ainsi que l'addition des produits toxiques cités dans le rapport PICOT.

Vu la dégradation évidente du paysage, la taille des infrastructures nécessaires à une zone de forage, le va et vient d'engins de chantiers, les bassins d'eau contaminées à plein ciel.

Le bon sens voudrait que ces deux permis soient abrogés. Tout comme les 59 autres en cours d'instruction.

Vu l'opacité dans laquelle sont faites les demandes de ces mêmes permis, sans que la commune ou les propriétaires ne sachent que leur sous-sol est convoité,

Vu la partialité des notices de risques qui ne sont demandées qu'aux pétitionnaires sans qu'aucun organisme indépendant ne puisse enquêter,

Vu le manque d'informations du grand public en ce qui concerne des décisions remettant en cause la qualité de sa vie,

Vu l'absence de débats publics sur les énergies renouvelables et la transition énergétique,

Le bon sens voudrait que les permis demandés sur un territoire soient systématiquement soumis à une enquête publique préalable.

Vu la rareté de la ressource Eau en Provence ( il n'y qu'à voir le nombre d'arrêtés pour que l'eau soit utilisée à bon escient, pas de lavage de voiture, pas d'arrosage du jardin ou pas de remplissage de piscine),

Vu notre situation de troisième site thermal de France qui exploite une source naturelle présente depuis des centaines d'années,

Vu le tissu économique et touristique qui s’est tissé au fil de dizaines d'années grâce à cette richesse de nos sous-sols,

Le bon sens voudrait que le Code Minier et le Code de l'Environnement ne soient plus des ennemis et qu'ensemble, ils protègent notre EAU, source de notre vie, de notre économie locale.

Enfin,

Vu la nature même des hydrocarbures convoités dont nous priverons les générations futures (les gaz et huile de schiste étant amenés à se transformer au cours des prochains millénaires en pétrole), «il serait illogique d’entreprendre des lois sur de possibles accommodements technologiques ou législatifs permettant de poursuivre le projet de développement du gaz de schiste, ou de l’exploitation d’autres hydrocarbures non conventionnels.

La pertinence d’un tel développement n’est pas clairement démontrée, notamment en regard du choix alternatif d’énergies renouvelables et de stratégies d’économie et d’efficacité énergétiques**.»

Le bon sens voudrait que l'actuel gouvernement refuse de signer des traités ou lois mettant en jeu l'avenir énergétique en se tournant vers des énergies fossiles mais au contraire ouvre un vrai débat avec le peuple français.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C'est pourquoi, Mesdames et Messieurs les Ministres, Préfet, Conseiller, Président et Maire, nous vous demandons de prendre ces mesures de bon sens. Partout, des collectifs citoyens défendent leur terre, leur condition de vie et celles des générations à venir.

Nous vous encourageons à ne pas céder à la mondialisation.

Nous attendons de vous une protection et une vue sur l'avenir dont vos rôles politiques vous investissent. Jouez le jeu de la démocratie : le peuple à travers ses interpellations et ses combats veut de vous des réponses claires et une position forte et pérenne contre les hydrocarbures non conventionnels.

Accédez à nos requêtes :

L'abrogation des PER notamment ceux de Gréoux les Bains et de Brignoles.

La refonte du code minier et sa soumission à la charte de l'environnement et au droit de l'eau.

Une concertation nationale sur l'énergie et une information sur tous les projets touchant de près la qualité de vie des Français,

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les Ministres, Préfet, Conseiller, Président et Maire, nos salutations sincères.


Le collectif Non au gaz de schiste de Gréoux les Bains


Nous remercions toutes les sources qui ont abreuvé le texte de cette pétition . (Les phrases entre guillemets sont extraites d'une question posée à l'assemblée nationale* et d'une présentation de Stéphane Labranche** sur No Fracking France)

Enfin, nous remercions le collectif Non au gaz de schiste VAR et toutes les personnes qui contribuent à nous instruire en publiant sur internet des rapports et dossiers publics.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: si doute sur un permis déjà délivré il sera annulé    Mar 18 Sep - 14:34

NANTES - La ministre de l'Ecologie Delphine Batho a assuré mardi devant les parlementaires écologistes que les permis d'exploitation d'hydrocarbures déjà accordés seraient annulés s'il apparaissait qu'ils visent en réalité les gaz de schiste.

A l'ouverture de la conférence environnementale vendredi dernier, François Hollande avait annoncé le rejet des demandes de permis soupçonnées de viser le gaz de schiste. Delphine Batho est donc allée plus loin en étendant cette annulation aux demandes déjà déposées, en cas de doute à leur sujet.

Delphine Batho a voulu préciser les choses à l'occasion des journées parlementaires écologistes à Nantes, sur fond de critiques persistantes sur cette question émanant des associations écologistes, notamment Greenpeace.

S'agissant des permis délivrés selon des critères d'exploitation d'hydrocarbures conventionnels, a-t-elle dit: S'il apparaît quelque part en France qu'il ne s'agit pas de ce qui a été dit à l'administration, qu'il s'agit d'autre chose et qu'il s'agit de gaz de schiste, ils subiront le même destin que les précédents: si ce sont des permis délivrés ils seront abrogés.

Si l'administration a le moindre doute (...), le destin administratif de ces demandes ou de ces permis sera le même que ce qu'a indiqué le président de la République vendredi dernier, c'est parfaitement clair, a-t-elle insisté.

Une poignée d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont très légèrement perturbé le départ de la ministre à la mi-journée alors qu'elle regagnait sa voiture, en scandant non à l'aéroport.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Schiste : non au gaz de schiste ! - INFOS schiste et sables bitumeux
» Le schiste dans l'eau
» Billes de schiste expansées
» schiste rouge
» schiste mauve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: INDEX PETITIONS :: Pétitions parues depuis plus d'un an "Nature / Environnement"-
Sauter vers: