LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 Parlementaires, MEDEF, Institutions et gaz de schiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: France / Gaz de schiste: un revirement serait un casus belli   Sam 1 Fév - 2:16

PARIS - Un revirement de la politique gouvernementale en faveur de l'exploitation des hydrocarbures de schiste constituerait un casus belli, a averti vendredi la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse. Oui, c'est un casus belli, a déclaré Mme Cosse sur RTL.

Selon le Canard enchaîné, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, veut publier après les municipales un rapport défendant une nouvelle technique expérimentale propre d'exploitation des hydrocarbures de schiste, qui consisterait à utiliser du fluoropropane comme alternative à la fracturation hydraulique interdite en France.

Qu'est-ce qu'une technique propre, quand il s'agit d'aller chercher dans des couches géologiques extrêmement profondes des gaz qui sont emprisonnés ? Il n'y a pas seulement la question de la pollution de l'eau et des terrains, il y a aussi la question de la stabilité des terrains, a réagi Mme Cosse.

Pourquoi est-ce qu'Arnaud Montebourg veut tout miser sur l'énergie fossile, d'autant plus qu'on ne connaît pas exactement les gisements, dont l'exploitation crée des dommages très forts ? On le voit aux Etats-Unis où les coûts d'extraction ont augmenté de 200% en deux ans. Ou est-ce qu'on va vers d'autres énergies ? J'aimerais qu'Arnaud Montebourg soit aussi activiste sur les énergies renouvelables, a regretté la numéro 1 d'EELV.

M. Montebourg aime bien nous traiter de terroristes et de sectaires mais dans ce cas, ça veut dire que François Hollande, Christian Jacob, Delphine Batho, Philippe Martin, Jean-Marc Ayrault sont des sectaires aussi, a-t-elle ironisé, en allusion à l'opposition du chef de l'Etat et du gouvernement à l'exploitation du gaz de schiste et à la loi Jacob (UMP) interdisant la fracturation hydraulique adoptée en 2011.


Romandie 31/1/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: La gaz de schiste, un casus belli? Duflot confirme   Sam 1 Fév - 14:30

PARIS - Décider d'exploiter les gaz de schiste constituerait de la part du gouvernement un casus belli, a confirmé samedi la ministre Verts chargée du Logement Cécile Duflot.

La ministre a répondu positivement à la question et confirmé sur RTL les propos tenus la veille par la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse.

Je pense en général et en particulier la même chose qu'Emmanuelle Cosse (...) et ce n'est pas une affaire politicienne ou entre partis: décider d'exploiter les gaz de schistes c'est mettre en péril une partie de notre sous-sol, tout ça parce qu'on ne veut pas engager la vraie transition énergétique qui vise à développer les énergies renouvelables et les économies d'énergie, a déclaré Mme Duflot.

Selon le Canard enchaîné, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, veut publier après les municipales un rapport défendant une nouvelle technique expérimentale d'exploitation des hydrocarbures de schiste, à laquelle les Verts expriment une opposition de principe.

romandie 1/2/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste : Fabius favorable à de nouvelles recherches   Lun 10 Fév - 20:58

Comme Arnaud Montebourg, Laurent Fabius lance un pavé dans la marre. Le ministre des Affaires étrangères s'est prononcé, lundi 10 février sur RTL, en faveur des recherches pour trouver une nouvelle technique expérimentale d'exploitation des hydrocarbures de gaz de schiste.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] rtl.fr 10/2/2014

"Ma position est simple. Le système actuel de fracturation hydraulique est mauvais pour l'environnement. Donc ce n'est pas celui-là qu'il faut exploiter. En revanche, que l'on fasse des recherches pour savoir s'il y une autre possibilité d'exploiter le gaz de schiste, ça me paraît normal", juge le chef de la diplomatie française". "S'il y a des essais qui n'ont pas de conséquences négatives, l'histoire du progrès et de la gauche a toujours été ouverte à la réalité scientifique à condition qu'on protège l'environnement", ajoute-t-il".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] rtl.fr 10/2/2014

Cette position rejoint donc celle d'Arnaud Montebourg. Selon le "Canard enchaîné", le ministre du Redressement Productif, veut publier après les municipales un rapport défendant une technique expérimentale "propre" d'extraction des hydrocarbures de schiste, à laquelle les Verts expriment une opposition de principe.

Le Nouvel obs 10/2/2014

Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: Accoyer appelle Ayrault à clarifier la position du gouvernement   Lun 10 Fév - 21:07

Paris (AFP) - L'UMP Bernard Accoyer, ancien président de l'Assemblée nationale, a appelé lundi Jean-Marc Ayrault à "clarifier enfin" la position du gouvernement sur la recherche pour l'exploitation des gaz de schiste, après des déclarations de Laurent Fabius dans la même ligne qu'Arnaud Montebourg.

Le ministre des Affaires étrangères s'est dit favorable dans la matinée à la recherche pour pouvoir exploiter les gaz de schiste sans dégât sur l'environnement, par un système autre que la fracturation hydraulique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 
UMP 5/2/2014

Quant au ministre du Redressement productif, il a déclaré mercredi devant l'Association des journalistes parlementaires qu'"il ne faut pas s'interdire de réfléchir" à de nouvelles techniques s'"il n'y a pas de pollution en sous-sol ou en surface".

Mais, a déploré M. Accoyer dans un communiqué, "depuis deux ans, cédant au +terrorisme intellectuel+ d’une partie de sa majorité dénoncé par Arnaud Montebourg, le Premier ministre a refusé d’appliquer la loi du 13 juillet 2011 et de mettre en place le Comité national d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux prévu par ce texte".


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Christophe Guyon 14/3/2011

Malgré les "enjeux considérables, scientifiques, économiques, environnementaux, liés à l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste, le gouvernement reste figé dans le dogmatisme comme en témoigne la réponse donnée par Philippe Martin (ministre de l'Ecologie) à ma question au gouvernement mercredi dernier", a ajouté le député-maire d'Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie).

"A la tête d’un gouvernement qui annonce que sa priorité est l’emploi et la compétitivité, Jean-Marc Ayrault doit clarifier sa position", selon l'élu UMP.

En mars 2011, M. Accoyer, alors président de l'Assemblée, avait déploré que l'UMP et le PS aient choisi de légiférer dans l'urgence pour interdire la fracturation hydraulique en France, seule technique actuellement disponible pour l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste mais dont les risques environnementaux ont été jugés trop élevés.

Sciences et avenir 10/2/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Accoyer et Larcher favorables au nucléaire et au gaz de schiste   Mar 29 Avr - 17:49

Paris (AFP) - Bernard Accoyer et Gérard Larcher, ex-présidents UMP de l'Assemblée et du Sénat, proposent d'une seule voix mardi de renoncer à réduire la capacité électro-nucléaire française et d'autoriser les recherches sur le gaz de schiste.

Dans une tribune publiée par l'Express.fr, les deux ténors de l'opposition demandent à François Hollande "un vrai pacte de responsabilité". "Progressivement, la crise mondiale de 2008 tend à ne laisser malheureusement qu'une crise franco-française", écrivent le député et le sénateur.

Au-delà des économies décidées par l'exécutif, "il faut s'attaquer à notre principale faiblesse, celle de notre production et de notre compétitivité", ajoutent-ils en détaillant leurs propositions.

"Notre compétitivité s'est gravement dégradée depuis 2000, c'est-à-dire depuis les 35 heures, levons ce carcan". "Ajustons l'âge légal du départ à la retraite sur l'espérance de vie", demandent les élus de Haute-Savoie et des Yvelines. "Déclarons un moratoire sur les seuils et les dépenses nouvelles", "sur les prélèvements fiscaux et les normes". Tous deux veulent "une vraie réforme de notre organisation territoriale, privilégiant le développement économique".

"Revenons sur l'incompréhensible réduction programmée de nos capacités électro-nucléaires alors qu'elle augmentera immanquablement le prix de l'électricité et les rejets de gaz à effet de serre". "Autorisons la recherche pour les gaz de schiste, au moins pour en évaluer les réserves", réclament-ils.

"Tout cela ne coûte rien*. C'est juste le choc de compétitivité dont la France a tant besoin". "Encore un effort, Monsieur le président, si vous aviez ce réalisme, alors vous trouveriez une majorité pour voter ce programme qui correspondrait à un vrai pacte de responsabilité", concluent les deux responsables UMP.


*-----> Tout cela ne coûte rien ! Quel euphémisme... Il en coûte pour l'avenir des nôtres, il en coûte pour l'environnement, il en coûte pour la faune, il en coûte pour le climat !!! Stop Messieurs et Mesdames, vous nous donnez le sentiment d'être à la solde de votre portefeuille (au propre comme au figuré), pas au service de la France ni à la nôtre... Le gaz de schiste, c'est un feu de paille qui remplira les poches de ceux qui s'y intéressent, créant très peu d'emplois et pour une courte durée... Quant au nucléaire, c'est un poison violent invisible. Messieurs les pharaons et momies d'un autre temps, laissez la place à une énergie propre....

Sciences et avenir 29/4/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: peu de retombées économiques selon un rapport parlementaire   Ven 2 Mai - 0:47

Paris - Produire du gaz de schiste en Europe n'offrirait pas des retombées économiques et fiscales intéressantes compte tenu de l'environnement économique et des contraintes existantes, telle est la conclusion d'un rapport parlementaire présenté mercredi par son rapporteur, le député Frédéric Barbier.

La commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale a créé une mission afin de mesurer l'impact économique des hydrocarbures de schiste, sans se pencher sur la question environnementale.

Entrepreneurs et experts estiment que si les Etats-Unis exploitent leur gaz de schiste à 4,5 dollars par Mbtu (l'unité de mesure pour le gaz, NDLR), compte tenu de l'environnement économique et des contraintes, notamment au niveau des normes environnementales, on en serait à 9 dollars en Europe alors que le gaz est actuellement à 10 à 12 dollars sur le marché, a détaillé M. Barbier.

Le différentiel n'est pas suffisant pour attendre des retombées économiques et fiscales intéressantes, et il ne faut pas s'attendre à 100 ans de réserve de gaz en France, a-t-il ajouté.

En revanche, le rapporteur de la mission préconise de revoir le marché du carbone en Europe, actuellement à son cours le plus bas, ce qui favorise l'usage du charbon dans les centrales thermiques, en particulier en Allemagne.

Il faut réajuster les quotas de carbone pour faire remonter les prix, afin qu'ils atteignent les 30 euros la tonne. Le cours du marché du carbone a chuté, or avec l'exploitation du gaz de schiste aux Etats-Unis, le charbon est devenu très abordable. Il faut rendre les centrales thermiques au gaz de nouveau compétitives, cela passe par une telle mesure, a précisé M. Barbier.

La situation aux Etats-Unis devrait durer, on y estime les réserves de gaz de schiste à 93 ans de consommation, les prix du gaz y ont chuté de 30% sur les cinq dernières années, c'est un écart de compétitivité important qu'il faut réussir à compenser. Si l'Europe se lançait dans l'exploitation, il faudrait 10 ans pour un retour sur investissement, précise par ailleurs Frédéric Barbier.

Le député du Doubs ne s'est pas montré opposé à ce que la recherche reprenne sur les gaz de schiste, afin d'en savoir plus, suggérant que l'exploration (puisse) être confiée à une structure publique afin d'être plus sereins concernant ce qu'ils feront.

Une éventualité encore lointaine dans la mesure où, comme l'a rappelé M. Barbier, le président de la République, l'a assuré, il n'y aura pas d'exploration avant la fin de son mandat, en 2017.

Romandie 30/4/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste : Royal ne ferme pas la porte   Ven 23 Mai - 16:58

Paris - La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, ne ferme pas la porte à l'extraction du gaz de schiste à condition que soient mises au point de nouvelles technologies non dangereuses, dans un entretien vendredi au Parisien/Aujourd'hui en France.

Compte tenu des incertitudes, la France a raison d'appliquer le principe de précaution, insiste-t-elle, rappelant que pour extraire le gaz, il faut en effet provoquer des explosions souterraines dont on ne maîtrise pas l'impact.

On ne sait pas si ces fracturations hydrauliques ne risquent pas de provoquer des fuites de gaz dans les nappes phréatiques et de contaminer l'eau potable, ajoute Mme Royal.

Toutefois, poursuit-elle, moi, je ne suis pas dogmatique et si de nouvelles technologies non dangereuses apparaissent, pourquoi pas ?

Déjà en 2011, l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 avait jugé nécessaire de poursuivre la recherche sur les procédés d'extraction propres à long terme.


Romandie 23/5/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: le Front de gauche qualifie Ségolène Royla de dinosaure   Ven 23 Mai - 19:50

Paris - Le Front de gauche (FG) a qualifié vendredi la ministre de l'Ecologie et de l'Energie Ségolène Royal de dinosaure après ses propos sur le gaz de schiste.

Le PS n'a pas seulement des éléphants. Il a également des dinosaures. Les propos de Ségolène Royal en faveur de l'extraction des gaz de schiste sont d'une autre époque, écrit dans un communiqué François Delapierre, directeur de la campagne des européennes pour le Front de gauche.

Les gaz de schiste extraits sont des énergies fossiles fortement émettrices de gaz à effet de serre qui aggravent le dérèglement climatique quelle que soit la technique utilisée pour les extraire !, ajoute-t-il.

On peut craindre le pire avec de telles affirmations pour la future loi de transition énergétique du gouvernement, estime François Delapierre.

Il faut s'opposer au gaz de schiste et à tous les projets qui encouragent leur extraction, comme le grand marché transatlantique, si nous ne voulons pas que l'humanité finisse comme les dinosaures, conclut-il.

Ségolène Royal ne ferme pas la porte à l'extraction du gaz de schiste à condition que soient mises au point de nouvelles technologies non dangereuses, dans un entretien vendredi au Parisien/Aujourd'hui en France.


ROMANDIR 23/5/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: la France doit avancer et sortir du statu quo   Jeu 10 Juil - 11:00

Paris - Il faut avancer sur la question du gaz de schiste et sortir du statu quo induit par l'interdiction actuelle de l'exploration du sous-sol en France, selon un rapport publié jeudi par l'Institut Montaigne.

Estimant que le gaz de schiste est déjà une réalité qui a bouleversé les équilibres économiques internationaux, le rapport intitulé Gaz de schiste: comment avancer, plaide notamment pour que la France lance un plan de recensement des ressources sous le contrôle d'une commission ad hoc ainsi que des sites pilotes sur la fracturation hydraulique.

Cette technique controversée consiste à injecter de l'eau à forte pression, associée à des produits chimiques, afin de briser les roches, situées à de très grandes profondeurs, dans lesquelles le gaz et le pétrole de schiste sont prisonniers et ainsi de les faire remonter en surface.

Les associations de défense de l'environnement et des experts dénoncent les risques liés à des pollutions des nappes phréatiques en cas de fuite, ou encore les émissions de gaz à effet de serre engendrées par cette production.

Le rapport, rédigé à l'issue de l'audition d'industriels, de chercheurs et d'associations, propose donc de rendre systématique et contraignante la réalisation d'études d'impact environnemental afin de maîtriser ces risques.

Ignorer totalement le gaz de schiste est un luxe que la France ne peut plus se permettre, analyse Jean-Pierre Clamadieu, PDG du groupe de chimie Solvay et président du groupe de travail qui a rédigé le rapport, en partenariat avec le cabinet Business Consulting Group.

Principal argument: les conséquences négatives sur la compétitivité de l'industrie française face aux entreprises américaines qui bénéficient de l'exploitation massive des gaz de schiste dans ce pays.

Mais selon le rapport, le développement des gaz de schiste américains a entraîné également une importation massive de charbon en Europe - devenu moins cher que le gaz européen - qui menace les progrès de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Dans la logique de développement du mix-énergétique, le gaz naturel est donc une source d'énergie incontournable pour accompagner efficacement la transition énergétique et ouvrir la porte aux gaz non conventionnels en France ce qui permettrait de créer des marges de manoeuvre nécessaires pour investir ailleurs et accélérer ainsi le redressement économique et la transition énergétique de notre pays, plaide le rapport de l'Institut Montaigne.


----->Ce rapport, selon moi est biaisé parce que ce sont les premiers intéressés qui en sont à l'origine... les industriels dont la chimie, qui insistent pour détruire ce que notre pays a de plus important un environnement et une nature relativement vierges comparés à d'autres pays. On tente par tous les moyennes à faire jouer au gaz de schiste le rôle de l'appel des sirènes... et pas n'importe quel appel : celui du gain et des profits... 


Sans cesse comparer à ce qui se fait aux Etats-Unis est une grave erreur pour plusieurs raisons : Déjà à commencer par la superficie qui n'est en rien comparable... puisque notre pays, comparativement, est plus densément peuplé, donc nous avons moins de surface disponible. 


On cache souvent pour ne pas dire systématiquement, les dégâts occasionnés à l'environnement, il suffit d'interroger ceux qui en sont déjà victimes : au Canada et aux USA. Malheureusement, on peut pas interroger dame nature : comme la forêt boréale canadienne dont des pans entiers sont sacrifiés pour le gaz et le pétrole de schiste... Et de nos jours, toutes les forêts sont indispensables pour maintenir un climat avec des températures vivables pour les générations futures.... Et bien d'autres choses encore ....

Romandie 10/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Chimie française: le gaz de schiste insuffisant pour rattraper les États-Unis   Ven 11 Juil - 10:18

Paris - L'exploitation du gaz de schiste en Europe serait à elle seule insuffisante pour permettre à l'industrie chimique française de rattraper son retard avec ses concurrents américains, d'autres mesures étant nécessaires, estime une étude du cabinet Carbone 4 publiée jeudi.

Dans l'hypothèse d'un développement des ressources indigènes non conventionnelles en Europe (...), ça ne suffit pas en tant que tel pour mettre l'Europe dans une situation de compétitivité avec les Américains sur les chaînes pétrochimiques, a indiqué Benoît Lemaignan, lors la présentation de cette étude, réalisée à la demande de l'Union des industries chimiques (UIC).

"Nous ne deviendrons pas un pays en surproduction comme les États-Unis où l'exploitation du gaz de schiste a permis ces dernières années à l'industrie chimique de bénéficier d'un prix du gaz trois fois inférieur à celui en Europe et de devenir plus compétitive", a expliqué le responsable du cabinet Carbone 4.

Pour M. Lemaignan, au contraire de l'Europe, les États-Unis ont un marché d'hydrocarbures conventionnels fermé, sans exportations, qui s'est retrouvé en surproduction avec les non-conventionnels, conduisant à un effondrement des prix.

Ce scénario paraît peu plausible sur le Vieux Continent, qui dispose d'un marché ouvert avec une production de l'ordre de 60% de notre consommation, le reste étant importé, selon Carbone 4.

Un développement des gaz de schiste peut certes aider à compenser le déclin de la production conventionnelle, mais on ne voit pas très bien comment ça pourrait nous faire devenir un pays exportateur, a constaté M. Lemaignan.

Le coût de l'énergie est un enjeu majeur pour l'UIC qui prévient que 35 sites en France, représentant 10.000 emplois, sont menacés par la concurrence américaine. L'industrie chimique en France consomme 40% de la consommation industrielle de gaz, selon l'UIC.

"Si rien n'est fait, ce sont des pans importants de l'industrie chimique en France qui sont en danger", a alerté le président de l'UIC, Philippe Goebel. Il est important d'agir, a-t-il ajouté, appelant à la mise en place d'une somme d'actions pour une véritable politique du gaz en France pour l'industrie.

L'UIC demande notamment la réduction des coûts de transport du gaz pour les entreprises gazo-intensives, un marché français unifié entre le Nord et le Sud et une fiscalité énergétique adaptée.

Concernant le gaz de schiste, il a réitéré l'appel de l'UIC à la France et à l'Europe d'accepter d'évaluer le potentiel d'hydrocarbures non conventionnels dont elles disposent.

Même si nous ne parviendrons probablement pas en Europe à une situation nette exportatrice comme aux États-Unis, ce sera un facteur qui pèsera sur les prix du gaz, qui aura tendance à les faire baisser, a-t-il assuré. Ce serait un signal envoyé à nos fournisseurs actuels, a-t-il ajouté.

Romandie 11/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Sarkozy veut que la France profite du gaz de schiste   Jeu 25 Sep - 23:30

Lambersart (France) - Nicolas Sarkozy s'est prononcé jeudi lors de son premier meeting à Lambersart en faveur d'une exploitation du gaz de schiste en France.

"Je ne peux pas accepter que les Etats-Unis soient devenus du point de vue de l'énergie indépendants grâce au gaz de schiste et que la France ne puisse pas profiter de cette nouvelle énergie alors que le chômage ravage tant de nos territoires et tant de nos familles, c'est inacceptable, a lancé l'ancien chef de l'Etat".

Je souhaite clairement que nous réfléchissions aux conséquences du principe de précaution auquel je préférerai toujours le principe de responsabilité, a ajouté M. Sarkozy. Selon lui, avec la précaution on s'abstient de faire, avec la responsabilité, on assume la conséquence de ses choix et on ne se condamne pas à l'immobilisme.

Le gaz de schiste est extrait selon une technique de fracturation hydraulique. Cette technique controversée consiste à injecter de l'eau à forte pression, associée à des produits chimiques, afin de briser les roches, situées à de très grandes profondeurs, dans lesquelles le gaz et le pétrole de schiste sont prisonniers et ainsi de les faire remonter en surface.

Les associations de défense de l'environnement et des experts dénoncent les risques liés à des pollutions des nappes phréatiques en cas de fuite, ou encore les émissions de gaz à effet de serre engendrées par cette production.

------>Quel retournement de veste, après qu'il ait fait voter l'interdiction de l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste lors de la fin de mandature.... Non, Mr SARKOZY, une fois que les risques sont pris il est impossible d'assumer les conséquences envers les générations futures et nous-mêmes ! Par ailleurs les emplois tant mis en avant ne seront jamais pérennes, tout au plus durant quelques mois, puisque cette source d'énergie est somme toute modérée... 


Et puis, comment comparer la France aux Etats-Unis ? La densité de la population et sa distribution est totalement différente d'un pays à l'autre, sans parler de la différence conséquente de en matière de superficie ! Il serait temps que les uns et les autres se rendent compte que le modèle de l'un ne peut s'adapter à tous et surtout pas ici, chez nous, en France ! C'est un miroir aux alouettes mis en avant par l'industrie pétrochimique (qui elle,  c'est sûr, verra son chiffre d'affaires bondir). Il serait bien plus profitable pour le climat, la préservation de notre ressource d'eau, l'environnement, la faune et la flore de s'en tenir aux énergies renouvelables telles que le solaire, l'éolien et hydrothermie... Un peu de bon sens mesdames et messieurs...
 
Romandie 25/9/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Duflot juge Sarkozy has been sur le gaz de schiste   Ven 26 Sep - 23:31

Paris - L'ancienne ministre du Logement EELV Cécile Duflot a estimé vendredi qu'on pouvait difficilement faire plus +has been+ que Nicolas Sarkozy, après le soutien apporté par l'ancien président à l'exploitation du gaz de schiste en France.

"Je pense qu'on peut difficilement faire plus +has been+ que Nicolas Sarkozy, c'est un ancien président qui a des idées d'une très vieille politique, il est resté bloqué dans les années 90, c'est très triste", a déclaré Mme Duflot en marge d'un rassemblement d'EELV pour réclamer des mesures contre la pollution.

"Je m'étonne que son ancienne ministre de l'Ecologie, qui a fait voter une loi que nous avons soutenue pour interdire les gaz de schiste, continue de le soutenir", a-t-elle poursuivi à l'intention de la députée de l'Essonne Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Il y a une formidable hypocrisie et surtout une inadaptation totale à l'époque. Quand (le président des Etats-Unis) Barack Obama et tous les dirigeants du monde se mobilisent pour le climat, entendre cet ancien président défendre les gaz de schiste c'est triste pour lui", a-t-elle conclu.

Nicolas Sarkozy s'est prononcé jeudi, lors de son premier meeting à Lambersart (Nord), en faveur d'une exploitation du gaz de schiste en France. Sous son quinquennat, le Parlement avait pourtant voté en juillet 2011 une proposition de loi UMP de Christian Jacob qui interdisait le recours à la technique controversée de fracturation hydraulique pour exploiter le gaz de schiste.

-----> Ravie de voir qu'au moins une voix politique connue ait donné son opinion sur le sujet... Il y en a peut-être eu d'autre (du moins je l'espère), mais c'est le premier commentaire que je lis...

Romandie 26/9/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste, mariage pour tous: NKM (UMP) assume ses désaccords avec Sarkozy   Lun 29 Sep - 16:00

Paris - L'ancienne ministre (UMP) Nathalie Kosciusko-Morizet a réaffirmé lundi son opposition à une exploitation du gaz de schiste en France et assumé ce désaccord avec Nicolas Sarkozy, qu'elle souhaite par ailleurs convaincre de ne pas abroger le mariage pour tous.

Nicolas Sarkozy s'est prononcé en faveur d'une exploitation du gaz de schiste lors de son premier meeting de campagne pour la présidence de l'UMP. Sous son quinquennat, le Parlement avait pourtant voté une proposition de loi UMP qui interdisait le recours à la fracturation hydraulique pour exploiter ce gaz.

C'est un débat ancien entre lui et moi. Je ne suis pas d'accord, tout simplement, a déclaré sur France Inter Mme Kosciusko-Morizet, soutien de l'ancien chef de l'Etat. On a eu à l'époque une majorité parlementaire forte qui ne voulait pas des gaz de schiste. J'étais ministre et j'en étais, je me suis battue pour qu'on puisse retirer les permis qui avaient été accordés un peu rapidement par Jean-Louis Borloo et passer une loi qui interdit le type d'exploitation pratiqué aux Etats-Unis et qui devrait autoriser des expérimentations à fins scientifiques sous contrôle public, a-t-elle expliqué. Ces expérimentations ne sont pas mises en oeuvre aujourd'hui. Je trouve ça un peu dommage, a-t-elle dit.

S'il y avait moyen d'extraire de manière complètement propre ce produit qui coûte très cher dans notre balance commerciale, ce serait bien mais la vérité est que les technologies disponibles ne sont pas propres et que le type d'exploitation qui a été mené aux Etats-Unis a conduit à une forme de dévastation écologique, paysagère aussi dont je ne veux pas en France, a-t-elle dit.

VercorsTV Mox 7/2/2011

L'élue francilienne a également abordé la question du mariage pour tous. Pour le moment Nicolas Sarkozy a une position ouverte sur le sujet, il ne s'est pas prononcé dans un sens ou dans un autre. Moi, je le dis clairement, je ne souhaite pas que cette loi soit abrogée et je souhaite l'en convaincre, a-t-elle dit, alors qu'une partie de la droite milite en faveur d'une abrogation.

videofranceinter 29/9/2014

Romandie 29/9/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Ségolène Royal: pas d'exploition ni d'investigation sur le gaz de schiste   Lun 29 Sep - 17:33

Ségolène Royal a assuré dimanche qu'il n'y aurait pas d'exploitation de gaz de schiste, ni même d'investigation sur le gaz de schiste, tant qu'elle serait ministre de l'Ecologie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, le 10 septembre 2014 à l'Elysée, à Paris (c) Afp

"Tant que je serai ministre de l'Ecologie, il n'y aura pas de gaz de schiste et pas d'investigation sur le gaz de schiste", a-t-elle déclaré lors du "Grand Rendez-vous" Europe 1/Le Monde/I-Télé, en réponse à une question sur la prise de position de Nicolas Sarkozy en faveur d'une exploitation du gaz de schiste en France. "Tous nos moyens publics et privés doivent être sur les économies d'énergie et les énergies renouvelables", a-t-elle ajouté.

 Europe1 29/9/2014

"C'est une bulle spéculative, le gaz de schiste", a encore estimé Mme Royal. "Il n'est pas question à un moment où on a des ressources publiques rares d'investir dans des filières aléatoires et spéculatives", a-t-elle dit.

"Les experts américains en reviennent du gaz de schiste. Il y a beaucoup de dégâts environnementaux, ensuite le coût s'est révélé beaucoup plus important que prévu", a-t-elle souligné. "On commence à voir aux Etats-Unis des friches industrielles scandaleuses, avec des riverains effarés, des poches de pauvreté et des poches de chômage" sur les sites d'exploitation abandonnés, a poursuivi la ministre.

Stef2892 17/3/2013

Nicolas Sarkozy s'était prononcé jeudi, lors de son premier meeting à Lambersart (Nord), en faveur d'une exploitation du gaz de schiste en France. "Je ne peux pas accepter que les Etats-Unis soient devenus, du point de vue de l'énergie, indépendants grâce au gaz de schiste et que la France ne puisse pas profiter de cette nouvelle énergie alors que le chômage ravage tant de nos territoires et tant de nos familles, c'est inacceptable", avait lancé l'ancien chef de l'Etat.

RTL 29/9/2014

Sous son quinquennat, le Parlement avait pourtant voté en juillet 2011 une proposition de loi UMP de Christian Jacob qui interdisait le recours à la technique de fracturation hydraulique pour exploiter le gaz de schiste.

AFP 29/9/2014

Sciences et avenir 28/9/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: La Région Ile-de-France déterminée contre les hydrocarbures de schiste   Ven 21 Nov - 23:51

Paris - Le président PS du Conseil régional d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon a affirmé vendredi la détermination de l'exécutif de gauche pour faire échec à la fracturation hydraulique dans d'éventuelles recherches d'hydrocarbures de schiste sur le territoire francilien.

Le groupe écologiste l'interrogeait, en séance plénière de l'assemblée régionale, sur le devenir de demandes de permis de recherche particulièrement inquiétants pour la région, parmi la douzaine actuellement étudiés par les services de l'Etat.

Vous pouvez être assurés de notre détermination à utiliser tous les leviers juridiques et politiques pour faire échec à la fracturation hydraulique. Les groupes pétroliers sur ce sujet nous trouveront sur leur chemin, a déclaré M. Huchon, qui va écrire à la ministre du développement durable (Ségolène Royal).

La demande de permis d'exploration de Cezy (Yonne), porté par la société Bluebach Ressources, a une partie de son périmètre qui s'étend sur les aires d'alimentation de captage de sources alimentant en eau potable la ville de Paris.

Les demandes pour Gastins en Seine-et-Marne et Dicy dans l'Yonne, déposées par la société Realm Energy International, font explicitement référence à la technique de la fracturation hydraulique et devraient être refusées puisqu'elles tombent sous le coup de la loi Jacob de 2011 qui a banni le recours à cette technologie, a assuré M. Huchon.

Les Verts s'inquiètent aussi de deux demandes d'exploration dans l'Essonne, celle de Boissy et celle d'Auvernaux sur un périmètre recouvrant pour partie le parc naturel régional du Gâtinais.

Le Parlement avait tranché en 2011 en votant une loi interdisant la fracturation hydraulique, seule technique rôdée à disposition des industriels pour aller chercher ces hydrocarbures. Les permis de recherche nécessitant le recours à cette technique avaient été abrogés.

Le président François Hollande a par ailleurs fermé la porte à cette source d'énergie, alors que l'ancien ministre Arnaud Montebourg plaidait au contraire pour la recherche d'une technique d'exploitation propre.

Tant que je suis président, il n'y aura pas d'exploration de gaz de schiste, avait promis en juillet 2013 le chef de l'État. L'actuelle ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, a elle aussi assuré à plusieurs reprises que tant qu'elle serait à cette fonction, il n'y aurait ni exploitation ni investigation sur le gaz de schiste en France.


Romandie 21/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les apôtres du gaz de schiste en France lancent un centre d'information scientifique   Mer 11 Fév - 1:33

Paris - Une vingtaine d'entreprises, parmi lesquelles des poids lourds du CAC 40 comme Total, Air Liquide ou Solvay, ont lancé mardi un centre consacré au gaz de schiste afin d'apporter une information scientifique et sortir de l'obscurantisme.

Un certain nombre d'industriels a pensé qu'il était temps d'apporter une information scientifique qualifiée sur ce sujet (et) de sortir de l'obscurantisme dans lequel on est plongé, a indiqué lors d'une conférence de presse, Jean-Louis Schilansky, qui présidera le Centre des hydrocarbures non conventionnels (CHNC).

L'ancien patron de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) a nié que l'objectif du nouveau centre soit de créer un lobby du gaz de schiste en France, même si la plupart des groupes qui soutiennent ce centre n'ont jamais dissimulé leur souhait d'obtenir l'autorisation d'explorer le sous-sol français pour en connaître exactement les ressources, à l'image des groupes chimiques Solvay et Arkema.

DarnaTelevision 11/10/2013

Nous ne sommes tout simplement pas un lobby, s'est défendu M. Schilansky. Nous n'irons pas voir des parlementaires et des cabinets ministériels pour essayer de les convaincre. Nous ne serons pas dans les couloirs, a-t-il assuré.

Muni d'un conseil scientifique, le CHNC a pour objectif de rassembler, évaluer et diffuser des informations factuelles. Des faits, des faits et encore des faits et non pas seulement des opinions, a affirmé son président.

Selon lui, les adversaires du gaz de schiste sont les bienvenus. Le centre sera ouvert à tous, à toutes les opinions. Il n'y aura pas de discrimination, a-t-il assuré, prônant une approche cartésienne, loin du débat idéologique, pour ne pas dire religieux qui caractérise, selon lui, la discussion sur les hydrocarbures non conventionnels en France.

 ilhem MSL 24/3/2014

François Hollande avait assuré en juillet 2013 qu'il n'y aurait ni exploration ni exploitation du gaz de schiste en France sous sa présidence. La fracturation hydraulique, seule technique éprouvée pour exploiter les hydrocarbures de schiste, est d'ailleurs interdite en France (loi édictée sous le précédent gouvernement présidé par Nicolas Sarkozy).

Le CHNC dit n'avoir pas l'intention de changer la loi. Ce n'est pas le moment, affirme M. Schilansky, pour qui, en revanche, c'est le moment d'apporter des informations, de parler, de dire ce qu'il se passe dans ce secteur qui a bouleversé la donne énergétique mondiale*.

 Cette vidéo montre les départements concernés par une éventuelle exploiation des réserves supposées de gaz de schiste. Anti Gaz 14/2/2014

Parmi la vingtaine de groupes soutenant le CHNC figurent des groupes déjà présents dans la filière du gaz de schiste, à l'image de Total, le géant gazier GDF Suez, le fabricant de tubes sans soudures Vallourec, le groupe Imerys qui produit des proppants ou encore Air Liquide. L'Union des industries chimiques, l'Ufip, Suez Environnement, ou Technip sont également associés.

 Transition Energétique 15/10/2014 : Un documentaire à regarder si vous ne l'avez pas vu !


* Comment nier les effets dévasteurs sur l'environnement et la faune et aussi sur les populations, de l'exploitation du gaz et pétrole de schiste... Il suffit de voir ce qui se passe au quotidien dans l'Alberta (Canada). Mais aussi ailleurs, comme dans certains états des Etats-Unis. A ce sujet, un élu étatsunien qui défendait mordicus le recours à l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste s'est subitement trouvé confronté à la réalité quand dans sa ville, il était prévu de forer des puits ... Il a mugi contre vents et marées pour que cela ne se produise pas. Il était pour le gaz et pétrole de schiste à condition que ce soit ailleurs que là où il habite pour.... préserver l'environnement, son environnement ! Je n'ai pas suivi l'affaire et je ne sais pas la suite qui a été donnée à sa démarche, suivie par d'autres habitants.

Tout le monde sait, et cela a bien été expliqué scientifiquement, que les produits chimiques utilisés ne sont pas anodins sur l'environnement et concourent grandement à la pollution environnementale (qui des déchets ?) sans parler du risque de pollution des nappes phréatiques. Et la quantité d'eau nécessaire est phénomale : 15 millions de litres par fracturation... Et cela à une époque où l'eau devient aussi une denrée rare...

 Truthloader 26/11/2013 Le Canada représente la troisième plus grande réserve de pétrole brut prouvée dans le monde derrière l'Arabie saoudite et le Venezuela. En 2011, cette réserve s'élevait à 170,2 milliards de barils de pétrole, soit environ 11% du total des réserves mondiales de pétrole. Mais le développement des sables bitumineux du Canada est préoccupante écologistes pour plusieurs raisons, notamment le fait que la production de "huile",  génère trois fois plus d'émissions de gaz à effet de serre que le pétrole conventionnel... Quelques images édifiantes... où la boue noire a pris la place de la forêt boréale...

 Tant qu'il n'y aura pas de technique fiable et pour l'exploration/exploitation et pour l'environnement, mieux vaut laisser cette éventuelle source d'énergie aux générations futures... D'autant que les scientifiques (encore eux) qui se penchent sur le réchauffement climatique et ses conséquences ont bien averti que les deux tiers des énergies fossiles encore exploitables devraient rester sous terre, pour tenter de limiter l'augmentation des températures à un maximum de +2°.... Dans le cas contraire, nous nous acheminerions vers une augmentation de celles-ci de +4 à 5°... Cela ne semble-t-il pas suffisamment "cartésien" aux intéressés de cette initiative ? Alors que le réchauffement climatique est une réalité....!!!!

Enfin, faut-il rappeler que la France ce n'est pas les Etats-Unis : notre pays est densément peuplé et surtout bien moins vaste... que les USA.



Romandie 10/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Transition énergétique: le Sénat dit une nouvelle fois non au gaz de schiste   Jeu 19 Fév - 18:28

PARIS - Le Sénat s'est une nouvelle fois opposé, dans la nuit de mercredi à jeudi, au gaz de schiste que des sénateurs UMP avaient tenté de réintroduire à l'occasion de l'examen du projet de loi sur la transition énergétique.

Ces sénateurs avaient déposé un amendement intégrant dans le volet de programmation plurianuelle de l'énergie (PPE) la nécessaire identification du potentiel énergétique de la France en matière d'hydrocarbures non conventionnels, c'est-à-dire des gaz de schiste. Cet amendement a été rejeté.

Après les manifestations contre la fracture hydraulique puis contre le gaz de schiste, le dossier a été mis au placard, a déclaré le président de la Commission économique, Jean-Claude Lenoir (UMP). Imaginez que la même chose se soit passée pour le gaz de Lacq qui a tant participé, pendant quarante ans, au développement de l'Aquitaine et de nos territoires, a-t-il ajouté.

Faisons confiance aux chercheurs, a plaidé Charles Revet (UMP), estimant que ceux-ci trouveront des techniques respectueuses de l'environnement. Ne nous privons pas de connaître nos potentialités.

Je ne compte pas rouvrir le débat sur le gaz de schiste, a déclaré le rapporteur Ladislas Poniatowski (UMP). Oui à l'exploration: il est absurde d'ignorer ce que recèle notre sous-sol, a-t-il renchéri, rappelant que la France et la Pologne, il y a quelques années, étaient réputées être les pays européens ayant le plus fort potentiel. Après recherche, la Pologne a découvert que son potentiel était huit fois moindre qu'annoncé. Et de conclure: L'exploitation est une autre question.

Aux États-Unis, les forages d'exploitation ont fait des paysages des friches après la faillite des entreprises qui y ont abandonné tout leur matériel, leur a répondu la ministre de l'environnement Ségolène Royal, avant de poursuivre: Ne laissons pas croire que l'exploitation de cet hydrocarbure annonce un eldorado du sous-sol. Faisons des choix clairs: la biomasse, les moulins. Pas le gaz de schiste, n'en déplaise au lobby des investisseurs dans ce domaine qui nous réclameront ensuite des subventions publiques parce que l'exploration n'est pas rentable et causera des dégâts à l'environnement.

Mathieu Darnaud (UMP), élu de l'Ardèche, département concerné par une éventuelle exploitation du gaz de schiste, s'est opposé à l'amendement. La fracturation hydraulique fait courir un risque considérable au sous-sol fragile de notre département, ce qui affecterait le thermalisme, l'agriculture, la viticulture. Les conséquences seront incalculables sur le tourisme, les paysages, a-t-il alerté.

Alors que nous cherchons à réduire les émissions de gaz à effet de serre, alors qu'il y a une telle mobilisation pour lutter contre le changement climatique, alors que nous voulons tourner la page des énergies fossiles, alors que nous voulons engager la transition énergétique, certains relancent le débat sur le gaz de schiste, s'est indigné Roland Courteau (PS).

Plutôt que d'aller explorer des ressources à 1.500 mètres sous terre, exploitons les énergies renouvelables qui sont à portée de main, a-t-il conseillé.


Romandie 19/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Ségolène Royal: les gaz de schiste ne sont plus d'actualité   Mar 7 Avr - 12:48

Paris - Ségolène Royal a indiqué sur son compte twitter que les gaz de schiste ne sont plus d'actualité, après un article du Figaro mardi qui fait état d'un rapport qui conclut à la faisabilité de son exploitation mais qui a été enterré par le gouvernement.

Réponse au Figaro: rien à cacher, lance la ministre de l'Environnement dans un tweet posté lundi soir. Faisons la transition énergétique. Investissons ENR (énergies renouvelables).

Je refuse toutes les demandes d'autorisation de forages pour gaz à de schiste malgré la pression de lobbies canadiens, poursuit la ministre dans un autre tweet. Développons la géothermie, ajoute-t-elle.

Selon le Figaro, un rapport sur le gaz de schiste en France, commandé par Arnaud Montebourg, alors ministre, concluant à la faisabilité de son exploitation sans recourir à la fracturation hydraulique polluante, a été enterré par le gouvernement.

Pour Le Figaro, la gestion politique du dossier, paralysée par le veto absolu opposé par les Verts et le ministère de l'Écologie, comme la prudence de l'Élysée et de Matignon, a tout simplement enterré le rapport.

François Hollande avait assuré en juillet 2013 qu'il n'y aurait ni exploration ni exploitation du gaz de schiste en France sous sa présidence.


(...) Outre la conclusion de faisabilité d'exploiter des gaz de schiste sans recourir à la fracturation hydraulique, controversée, en tout cas interdite en France depuis la loi Jacob de 2011, il souligne [le rapport], en détail, combien la France pourrait en tirer parti, en termes de croissance, d'emplois, de compétitivité industrielle, d'indépendance énergétique, explique le Figaro.

Ainsi selon le rapport, relève le journal, les gaz de schiste représenteraient une manne d'au moins 100 milliards d'euros pour la France et leur exploitation créerait entre 120.000 et 225.000 emplois (avec à clé, seulement quelques emplois durables... NDLR).

Ce document, détaille encore le quotidien, préconise une première phase d'expérimentation, par micro-forages en Ile-de-France et dans le Sud-Est.

"C'était le premier rapport officiel qui validait la technologie de stimulation au fluoropropane", explique un proche du dossier au journal. Cette technologie "présente une réelle alternative permettant de répondre aux problèmes environnementaux posés par la fracturation hydraulique",conclut le rapportRomandie

----->Pour l'instant, à moins que j'ai manqué un épisode, aucune autre technique n'est au point pour se substituer à la fracturation hydraulique, ni même que celle préconisée soit réellement "viable" à grande échelle qui, de toute façon ne ferait qu'augment les émissions de gaz à effet de serre !


Romandie 7/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste: Royal ferme la porte à une nouvelle méthode d'exploration   Mar 7 Avr - 20:53

Paris - Ni fracturation hydraulique, ni technique alternative: Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, a de nouveau fermé la porte mardi à l'exploration des gaz de schiste en France, réclamée par des industriels désireux d'évaluer le potentiel français.

Le débat a été brièvement relancé par un article du Figaro faisant état d'un rapport de 2014 enterré par le gouvernement et qui concluait à la faisabilité d'exploiter des gaz de schiste sans recourir à la fracturation hydraulique, interdite en France par la loi Jacob de 2011 en raison des dégâts environnementaux associés à cette technique.

Selon le journal, les conclusions de ces travaux restées confidentielles préconisaient une première phase d'expérimentation par micro-forages en Ile-de-France et dans le Sud-Est.

Réagissant mardi à ce rapport commandé par Arnaud Montebourg, alors ministre de l'Economie, Ségolène Royal a rétorqué: Le rapport sur les gaz de schiste reconnaît que la fracturation hydraulique est condamnable au plan environnemental et l'alternative proposée n'apporte pas de solution: c'est une technologie qui n'est pas mature et sans retour d'expérience.


 BFMTV 7/4/2015

Cette nouvelle technologie, dont le coût serait plus élevé que la fracturation hydraulique, utiliserait un gaz (le fluoropropane) pour fracturer les couches de roche et atteindre les poches de gaz naturel: cette injection se ferait sans eau ni additifs chimiques, contrairement à la fracturation hydraulique, seule technique éprouvée à ce jour pour exploiter les hydrocarbures de schiste.

Mais pour la ministre, en cas de fuite, le fluoropropane est un gaz ayant un effet de serre énorme: 3.000 fois celui du CO2. Même si les puits sont de qualité, cela augmente le risque de pollution du sous-sol et des nappes phréatiques, au cours de la phase d'exploitation, a-t-elle ajouté.

 LCP 7/4/2015

Et de conclure: les gaz de schiste ne sont plus d'actualité.

La ministre a donc été plus loin que François Hollande qui, en octobre 2013, avait réaffirmé son opposition à la fracturation hydraulique tout en soulignant que la loi n'empêch(ait) pas la recherche dans d'autres domaines.

Pour Matthieu Orphelin, le porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot, l'abandon définitif par le gouvernement de la recherche et développement sur toutes les techniques d'extraction de gaz de schiste est une bonne nouvelle pour le climat. C'est dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l'énergie qu'il faut investir, a-t-il ajouté.

 Libé Zap 7/4/2015

Malgré la loi Jacob et l'engagement de Hollande à ne pas recourir à la fracturation hydraulique, les industriels n'ont pas renoncé à réclamer a minima une exploration du sous-sol français, les seules estimations existantes à ce jour étant basées sur des cartes géologiques.  Des demandes d'exploration sont d'ailleurs toujours en attente de réponse du ministère de l'Ecologie.

En février, une vingtaine d'entreprises parmi lesquelles Total, Air Liquide, Solvay, Suez Environnement ou Technip, avaient annoncé avoir lancé un Centre des hydrocarbures non-conventionnels (CHNC), sorte de plateforme d'échanges d'informations visant à sortir de l'obscurantisme.

Quelques jours plus tard, à l'occasion du vote de la loi sur la transition énergétique, le Sénat avait rejeté un amendement UMP prônant la nécessaire identification du potentiel énergétique de la France en matière d'hydrocarbures non conventionnels. Oui à l'exploration, avait alors lâché Ladislas Poniatowski (UMP), estimant qu'il était absurde d'ignorer ce que recèle notre sous-sol, et que l'exploitation était une autre question.

Même si les Etats-Unis se sont lancés depuis plusieurs années dans l'exploitation du gaz de schiste, le sujet reste polémique dans de nombreux pays, comme récemment en Algérie.

La Pologne, à laquelle on promettait comme à la France un eldorado gazier sur son territoire, a accueilli des entreprises comme Chevron, Total, Eni ou Exxon. Mais après une phase d'exploration, celles-ci ont renoncé à se lancer dans l'exploitation, faute de réserves suffisantes ou accessibles.

L'effondrement du prix du pétrole depuis un an a aussi contribué à rendre l'exploitation des gaz de schiste beaucoup moins rentable, comme en témoigne les difficultés financières de petites et moyennes entreprises américaines.


 Rosetta Beltran 6/4/2014

Romandie 7/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schiste : trois questions sur une méthode d'extraction présentée comme moins polluante   Mar 7 Avr - 23:52

Selon "Le Figaro" de mardi, un rapport recommandant l'expérimentation d'une méthode d'extraction des gaz de schiste à base de fluoropropane, une alternative à la controversée fracturation hydraulique, aurait été enterré par le gouvernement.

Le débat sur le gaz de schiste doit-il être relancé ? Le Figaro révèle, mardi 7 avril, l'existence d'un rapport commandé par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg en 2012 et rendu deux ans plus tard, recommandant d'expérimenter l'exploitation de cette ressource via une autre méthode que la très controversée fracturation hydraulique : une méthode à base de fluoropropane. Le texte, reproduit dans son intégralité par Le Figaro, n'a jamais été rendu public et aurait été "enterré" par le gouvernement, assure le journal.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Une pancarte d'opposition à l'exploitation des gaz de schiste, le 21 janvier 2014 à Navacelles (Gard), dans les Cevennes. (ALEXIS BETHUNE / MAXPPP)

Mais ce mode d'extraction alternatif fait-il vraiment disparaître tous les inconvénients de la fracturation hydraulique ? Francetv info fait le point.

Quelle est la différence avec la fracturation hydraulique ? La fracturation hydraulique est la principale technique utilisée pour récupérer les gaz de schiste, des gaz naturels piégés dans des couches d'argile situées entre 2 000 et 3 000 m de profondeur. Comme l'explique la vidéo ci-dessous, on fracture d'abord la roche avec des explosifs avant d'y injecter de l'eau mélangée à du sable et à des adjuvants chimiques, pour faire remonter le gaz de schiste à la surface.


La technique est contestée et interdite en France, principalement parce qu'elle fait courir un risque de pollution des nappes phréatiques, par les adjuvants chimiques mais aussi par des éléments présents naturellement dans le sol et libérés par la fracturation, comme les métaux lourds, qui peuvent être cancérigènes. En France, le conseil constitutionnel a approuvé une loi interdisant l'exploitation du gaz de schiste et même l'expérimentation à ce sujet.

Le rapport cité par Le Figaro  recommande d'expérimenter une technique similaire, mais dans laquelle le mélange utilisé pour la fracturation hydraulique serait remplacé par du fluoropropane, un gaz liquéfié.

Les fluorocarbones sont-ils moins polluants ? A en croire un premier rapport, rendu par deux parlementaires en 2013, l'usage de ce gaz ne nécessiterait pas de le mélanger à des additifs chimiques pointés du doigt par les défenseurs de l'environnement.

Mais Philippe Pezard, directeur de recherche au CNRS au sein du laboratoire de Géoscience de Montpellier (Hérault), lui-même favorable à l'expérimentation de cette technique, estime que le fluoropropane ne résout pas le problème de la toxicité : "Quelle que soit la technique utilisée, on va toujours mobiliser des choses qui sont là, au milieu de la terre, des alcanes cycliques comme le benzène, qui sont hautement cancérigènes", explique-t-il à francetv info. D'autres problèmes liés à la fracturation hydraulique subsistent, comme le risque sismique lié à l'utilisation d'explosifs et l'impact sur les paysages.

Le rapport parlementaire de 2013 reconnaît aussi que ce gaz "n’est pas sans danger pour le climat" et participe à l'augmentation de l'effet de serre. Son utilisation nécessite donc "de prévenir et de contrôler les fuites susceptibles de survenir à tous les stades de la chaîne de production", explique le texte. 

Pour Pierre Thomas, professeur de géologie à l'Ecole normale supérieure de Lyon (Rhône), interrogé par francetv info, impossible d'écarter tous les risques : "Il y a toujours des fuites. Il suffit d'un tuyau percé, d'une faille que les géologues n'ont pas vue" pour que le gaz s'échappe dans l'air ou dans le sol.

Cette technique résout, en revanche, la question de l'utilisation de l'eau : chaque fracturation hydraulique en nécessite près 15 000 m3, et cette opération peut être reproduite une dizaine de fois par puits, ce qui alourdit de façon considérable son empreinte énergétique. Autre avantage : le fluoropropane, fruit de l'introduction d'atomes de fluor dans du propane, n'a pas les propriétés inflammables de ce gaz, de quoi éviter les accidents, estime le rapport.

Cette technique verra-t-elle le jour en France ? Ce n'est pas gagné. Le professeur de géologie Pierre Thomas est dubitatif sur la quantité de fluoropropane nécessaire pour la mettre en place, et donc sa rentabilité : "S'il faut une quantité de gaz comparable à la quantité d'eau nécessaire pour la fracturation hydraulique, soit 15 000 tonnes de gaz, est-ce viable ? Est-ce qu'on récupère 15 000 tonnes de gaz de schiste ?" Le rapport souligne cependant que "le fluide de fracturation au propane est récupérable à 95%", et donc réutilisable.

Quoi qu'il en soit, la réaction du gouvernement à la publication de ce rapport est sans équivoque. "Les gaz de schiste ne sont plus d'actualité. (...) Je refuse toutes les demandes d'autorisation de forage pour gaz de schiste malgré la pression de lobbies canadiens", a réagi la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal sur Twitter, mardi. Mais légalement, la porte reste ouverte : la loi interdit uniquement l'exploitation du gaz de schiste par la technique de la fracturation hydraulique.



Francetv info 7/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de schistes: Juppé favorable à l'exploration en France   Mer 29 Avr - 21:49

Montréal - L'ancien Premier ministre français Alain Juppé a appelé mercredi à Montréal à une croissance plus sobre en énergies non renouvelables, tout en se disant favorable à l'exploration des réserves de gaz de schiste en France.

En visite dans la métropole québécoise, le maire UMP de Bordeaux a tenu à souligner avant toute chose qu'il ne croit pas à la décroissance (à la différence) d'écologistes intégristes. Néanmoins, a-t-il ajouté, la croissance des prochaines années ne sera pas la même qu'il y a 20 ans ou 30 ans, ce ne sera pas le modèle de croissance des 30 Glorieuses, ce sera une nouvelle forme de croissance: la bonne croissance.

D'abord avec la presse, puis lors d'une conférence devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), il a vanté cette bonne croissance qui sera plus sobre en consommation de ressources rares. Ce sera une croissance circulaire: on a trop été habitué à gaspiller et à jeter, il faut désormais recycler, a avancé M. Juppé, personnalité politique préférée des Français selon un récent sondage.

Candidat à la primaire à droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, il a prôné une politique de mixte énergétique grâce notamment au nucléaire et aux énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, etc) qui ont des potentialités considérables.

En ce qui concerne l'exploitation des gaz de schistes, je pense que la France devrait accepter un pôle d'expérimentation pour voir exactement quels sont les enjeux, a dit M. Juppé qui fût brièvement ministre de l'Écologie en 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. À l'époque, M. Sarkozy avait imposé un moratoire sur ces hydrocarbures non conventionnels qui seraient présents dans l'est du pays. L'ex-président est désormais favorable à leur exploration.

M. Juppé souhaite que le pôle dont il appelle à la création examine l'étendue des ressources et détermine ensuite quelles sont les techniques qui sont effectivement acceptables du point de vue du développement durable.

Plutôt que de dire niet à tout, je pense que sous un contrôle effectif et avec des précautions requises, un pôle expérimental pourrait être utile, a-t-il ajouté, n'excluant pas le recours à la controversée fracturation hydraulique.


Romandie 29/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: L'essor du pétrole et du gaz de schiste ne se limitera pas aux Etats-Unis   Mar 20 Oct - 22:56

Paris - L'essor du gaz et du pétrole de schiste, qui a révolutionné le paysage énergétique américain, ne restera pas confiné aux seuls Etats-Unis, a affirmé mardi Jean-Louis Schilansky, président du Centre hydrocarbures non conventionnels (CHNC).

La question est de savoir si ce phénomène restera un phénomène purement nord-américain. Franchement, je ne le crois pas, a déclaré M. Schilansky au cours d'une conférence de presse.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Avant : une forêt. Après... les dégâts occasionnés par l'exploitation des sables bitumineux. Photo meteopolitique

Le gaz de schiste, avec ses avantages (...) par rapport au charbon, sera un élément clé de l'approvisionnement du monde en énergie, dont les besoins sont croissants, a-t-il ajouté
.

Les Etats-Unis ont produit 4,2 millions de barils par jour (Mbj) de pétrole de schiste en 2014, un niveau en décroissance depuis mi-2015 en raison d'une chute de deux tiers de l'activité de forage, causée par le fort repli des cours du pétrole autour de 50 dollars le baril, le seuil moyen de rentabilité de la production de brut non conventionnel. Cette diminution sera probablement de l'ordre de 300.000 à 500.000 barils pour 2016, a prédit M. Schilansky, évoquant la grande réactivité du secteur à l'environnement prix.

Les ressources du pays sont estimées à 78 milliards de barils pour le pétrole, l'équivalent de 10 ans de la consommation américaine, et à 17.000 milliards de mètres cubes pour le gaz de schiste, soit plus de 20 ans de consommation.

Aujourd'hui, pétrole et gaz de schiste, au niveau du développement et au niveau de la production, c'est fondamentalement nord-américain. (...) Il y a environ 100.000 puits de production aux Etats-Unis et 20.000 au Canada. Dans tout le reste du monde, il y a moins de 1.000 puits, et probablement entre 500 et 1.000, a pointé M. Schilansky.

Deux autres pays sont actuellement engagés dans la production d'hydrocarbures non conventionnels: l'Argentine et la Chine. Leur objectif est d'accroître leur indépendance énergétique ou de remplacer le charbon par du gaz, moins polluant dans la production d'électricité.


----->Franchement saccager forêts et environnement pour 10 ou 20 ans d'énergie cela ne vaut pas la peine... Ca peut paraître long 10 ou 20 ans à l'échelle humaine, mais à l'échelle de la terre c'est très court ! Et les dommages occasionnés seront pour certains irréversibles ! Alors à nous de nous orienter sur une consommation d'énergie rationnelle à partir de l'énergie renouvelabe. STOP à l'exploration et l'exploitation de ces sources les plus polluantes !!!



Romandie 20/10/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Gaz de #schiste: Autoriser la #recherche sous contrôle public -( #ChristianJacob #LR )   Mar 1 Mar - 0:59

Paris - Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains: "Je pense qu'il faut maintenir ma loi et l'appliquer jusqu'au bout. Cette loi permet deux volets, c'est-à-dire l'interdiction de la fracturation hydraulique, mais en même temps elle autorise la recherche sous contrôle public et ce volet-là n'a jamais été mis en application".

Il ne faut pas être dans l'obscurantisme, c'est-à-dire qu'aujourd'hui on parle du gaz de schiste sans savoir exactement ce qu'il y a comme réserves, est-ce qu'elles sont exploitables ou non
.

Donc moi je suis contre la fracturation hydraulique parce que je pense qu'il y a beaucoup trop d'incertitudes autour de ce procédé, mais, en même temps, il faut autoriser la recherche sous contrôle public, et ce volet n'est pas appliqué, et c'est ça que je regrette.


Romandie 29/2/2016
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parlementaires, MEDEF, Institutions et gaz de schiste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parlementaires, MEDEF, Institutions et gaz de schiste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» schiste rouge
» schiste mauve
» Gaz de schiste
» Le schiste dans l'eau
» Dalle chaux schiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: INFORMATIONS sur la Nature et l'environnement terrestre et aquatique :: Energies :: Les Energies fossiles émettrices de CO2 :: Actu énergie gaz de schiste ET sables bitumineux-
Sauter vers: