LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 Actions et (répression) contre le trafic des espèces menacées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le capitaine d'un bateau soupçonné de braconnage de corail est arrêté   Mer 19 Nov - 1:34

Les autorités japonaises ont arrêté le capitaine d'un autre bateau de pêche chinois soupçonné de braconner le corail près des îles japonaises Ogasawara dans le Pacifique.

La garde-côtière a enquêté sur le bateau dans la zone économique exclusive du Japon, après que ce dernier a refusé de répondre à un ordre d'arrêt pour permettre une inspection. Selon la garde-côtière, 70 bateaux chinois ont été observés près des îles Ogasawara lundi.

Les patrouilleurs de la garde-côtière japonaise ont demandé aux navires chinois de quitter la zone.

Les autorités chinoises semblent réprimer ceux soupçonnés de pêcher du corail en braconnant.

Lundi la garde-côtière japonaise a arrêté les capitaines de deux navires originaires de la province du Zhejiang. Ils sont soupçonnés d'avoir récolté du corail dans les eaux territoriales nippones au large de la préfecture de Kagoshima, dans le sud-ouest du Japon.


NHK WORLD 18/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Des navires chinois poursuivent leurs activités au large d'Ogasawara   Mer 19 Nov - 13:53

Les gardes-côtes japonais ont comptabilisé 70 bateaux de pêche chinois soupçonnés de braconner du corail dans les eaux entourant les îles japonaises d'Ogasawara, dans l'océan Pacifique.

Ces bateaux, qui cherchent apparemment à se procurer du corail utilisé en joaillerie, ont été repérés depuis le mois de septembre dans les parages. Fin octobre, on en comptabilisait jusqu'à 212.

Début novembre, un puissant orage tropical a fait chuter le nombre de bateaux en maraude, mais 145 d'entre eux ont encore été comptabilisés le 13 novembre autour des îles. Le 16, il n'y en avait plus que 58, mais le 17 novembre, il était remonté à 70 navires.

Les gardes-côtes japonais surveillent la zone nuit et jour depuis plus de deux mois maintenant et des patrouilleurs ont été envoyés en renfort.

Mardi, les gardes-côtes ont arrêté le capitaine chinois d'un des bateaux car il avait ignoré un ordre de s'arrêter pour une inspection à bord alors qu'il avait pénétré dans la zone économique exclusive du Japon.

Il semble par ailleurs que les autorités chinoises commencent à renforcer les mesures d'interdiction du braconnage du corail.


NHK WORLD 19/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les gardes-côtes japonais arrêtent un capitaine de bateau chinois à proximité des îles Ogasawara   Sam 22 Nov - 1:17

Les gardes-côtes japonais ont arrêté le capitaine d'un navire chinois qui se livrait à des activités illégales à proximité des îles japonaises Ogasawara dans l'océan Pacifique.

Le capitaine, qui a été arrêté dans les eaux territoriales japonaises vendredi matin de bonne heure, a été emmené à la base des gardes-côtes de Yokohama pour un interrogatoire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Accostage par les FAD du bâteau chinois. Photo NHK

Jeudi, les gardes-côtes ont augmenté le nombre de patrouilles nocturnes afin de débusquer les bateaux chinois soupçonnés de braconnage du corail.

Les autorités japonaises soupçonnaient les bateaux chinois de se tenir à distance des îles pendant la journée pour éviter les patrouilles, puis de profiter de la nuit pour pénétrer dans les eaux territoriales japonaises.

Les gardes-côtes japonais ont tenté de repousser les bateaux chinois et de les forcer à utiliser tout leur carburant avant qu'ils puissent pénétrer dans les zones abondantes en corail. Mais ils ont finalement changé de tactique alors que le nombre de bateaux de patrouille augmentait dans la zone.

47 bateaux chinois ont été repérés dans les parages hier jeudi, contre 44 la veille.

De son côté, la Chine insiste sur ses efforts pour lutter contre le braconnage du corail à proximité du Japon.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a souligné que la Chine parvenait à des résultats dans sa lutte contre le braconnage du corail par des bateaux de pêche chinois dans les eaux proches des îles japonaises.

Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré vendredi que le nombre de bateaux chinois soupçonnés de braconnage du corail dans les eaux japonaises a sensiblement baissé après avoir dépassé les 200.

M. Hong a précisé que la Chine avait pris plusieurs mesures pour éduquer et instruire les intéressés. Il a souligné qu'il souhaitait un renforcement de la coopération entre les autorités chinoises et japonaises pour résoudre ce problème de façon adéquate en se basant sur la législation en vigueur.


NHK world 21/11/2014 - NHK
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: 93 kg de viande de tortue saisis en Polynésie   Lun 24 Nov - 23:43

Les douanes de Polynésie ont saisi de la viande de tortue, une espèce protégée. Que risquent les trafiquants ?

Le service des douanes en Polynésie a annoncé avoir saisi 93 kg de viande de tortue, une espèce protégée par la Convention de Washington ainsi que par une délibération de l’Assemblée de cette collectivité française du Pacifique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Les tortues de Polynésie, comme ici à Tahiti, sont des espèces protégées car menacées. ©Biosphoto / Fabien Michenet

"Cela représente entre deux et trois tortues", a indiqué à l'AFP l’adjoint au directeur régional du service, Bruno Hamon. Les douaniers ont fait cette découverte vendredi lors d'un contrôle inopiné dans le port de Papeete. Ils ont alors mis la main sur "une tortue congelée entière" placée dans une glacière.

Sur l’un des deux individus interpellés, âgés d’une quarantaine d’années, des traces de méthamphétamine - une drogue de synthèse psycho-stimulante - ont été décelées, ce qui a conduit à procéder à une perquisition de son domicileAu cours de celle-ci, de la viande de tortue, prisée des Polynésiens, a été une nouvelle fois mise au jour, portant le poids total à 93 kg.

Une carabine 22 long rifle ainsi que 181 perles noires et 545 keishis (perles sans cœur, généralement de faible diamètre) ont également été saisis.

Selon Bruno Hamon, le kilogramme de viande de tortue est vendu localement, au marché noir, à un prix avoisinant les 40 euros. "Ces tortues ont été probablement livrées par des goélettes qui étaient, peut-être, en provenance de l’archipel des Tuamotu-Gambier".

Le parquet de Papeete a demandé, avant que la marchandise ne soit détruite, de procéder à des prélèvements "pour constituer une sorte de base de données de traçabilité des espèces qui font l’objet de contrebande".

Les deux contrevenants encourent, pour infraction à la législation sur les espèces protégées et détention de marchandise prohibée, une peine de trois ans de prison ferme, une forte amende et la saisie du matériel ayant permis la commission des faits. Le service des douanes entend demander à leur encontre une amende d’environ 8.300 euros.

Des saisies de viande de tortue sont régulièrement réalisées en Polynésie. En février 2012, deux hommes et une femme avaient été condamnés à Papeete à six mois de prison avec sursis pour avoir pêché de multiples tortues pour un poids de chair de 123 kg. Leur bateau et leur véhicule avaient été confisqués.

A lire : Les tortues de Polynésie

Sciences et avenir 23/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Saisie d'un millier de tortues de mer destinées au trafic   Mar 25 Nov - 16:24

Plus d'un millier de tortues de mer ont été saisies la semaine dernière au Vietnam. Elles étaient destinées à la transformation en objets d'artisanat pour le marché chinois voisin. Selon les défenseurs de l'environnement, le pays est l'un des pires de la planète concernant le trafic d'espèces protégées.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Selon les défenseurs de l'environnement, le Vietnam est l'un des pires pays au monde en ce qui concerne le trafic des espèces en voie de disparition. Photo d'illustration Tortue verte dans les eaux de l'île d'Hawaï (USA). Brocken Inaglory CC BY-SA 3.0

"Elles sont toutes mortes", a précisé mardi Le Hong Thai, du ministère de la sécurité publique. Il confirmait cette saisie record, effectuée lors d'un raid policier la semaine dernière dans la ville balnéaire de Nha Trang (centre).

Les tortues de mer sont protégées au Vietnam et leur chasse, leur commerce et même leur recel constituent une infraction pénale. De nombreuses arrestations en lien avec leur trafic ont eu lieu ces dernières années.

La justice du pays "doit montrer que le Vietnam est sérieux en poursuivant et punissant" les crimes liés à des espèces en voie de disparition, a estimé Nguyen Phuong Dung, directrice du groupe Education pour la nature-Vietnam (ENV).

Selon les défenseurs de l'environnement, le Vietnam est l'un des pires pays au monde en ce qui concerne le trafic des espèces en voie de disparition - défenses d'éléphants, cornes de rhinocéros - ou même des espèces exotiques comme les pangolins et les tigres. Les saisies ne représenteraient qu'une infime partie du trafic dans le pays communiste.


Romandie 25/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Arrestation en Zambie d'un trafiquant d'ivoire en fuite (Interpol)   Mer 17 Déc - 17:58

Lyon, 10 déc 2014 (AFP) - Un trafiquant d'ivoire en fuite depuis 2012 a été arrêté début décembre en Zambie, s'est félicité Interpol dans un communiqué mercredi.

Ben Simasiku, Zambien de 32 ans, faisait l'objet d'un avis de recherche de l'organisation policière internationale après avoir fui le Botswana en 2012. M. Simasiku avait quitté ce pays d'Afrique australe après avoir été arrêté avec trois complices, en possession de 17 morceaux de défenses d'éléphants découpées d'un poids d'environ 115 kilos. Le fugitif a été interpellé dans le cadre de l'opération Infra (acronyme pour International Fugitive Round Up and Arrest) Terra qui vise les auteurs de crimes environnementaux. 130 suspects recherchés par 36 pays sont actuellement ciblés par l'opération Infra-Terra.

Un renseignement a permis à la police zambienne d'arrêter M. Simasiku le 2 décembre, en possession de bijoux en ivoire. Il est désormais en attente de son extradition vers le Botswana. "Les crimes contre l'environnement ne sont pas toujours considérés comme des crimes importants, ce qu'Interpol espère changer via des actions comme l'opération Infra-Terra", a indiqué le patron de l'unité "Fugitifs", Stefano Carvelli. "Cette arrestation montre qu'il y a un changement d'attitude : tous les fugitifs seront recherchés pour être présentés à la justice, quel que soit le crime qu'ils ont commis", a ajouté M. Carvelli.


30 millions d'amis 10/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Saisie de trois faucons sacre chez des gens du voyage dans le Loiret   Mer 17 Déc - 18:57

Paris, 21 nov 2014 (AFP) - Trois faucons sacrés, une espèce menacée d'extinction dont le trafic peut rapporter plusieurs milliers d'euros par spécimen, ont été saisis dans un camp de gens du voyage du Loiret, a-t-on appris auprès de l'ONCFS.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Un faucon sacré (Falco cherrug). Marek Szczepanek CC BY-SA 3.0


Lorsqu'ils ont été découvert à Chaingy jeudi, les rapaces, qui nécessitent soins et nourritures adéquats, étaient juchés sur des sortes de pieux en bois, attachés par des cordes entre des caravanes, a relaté à l'AFP Eric Hansen, délégué interrégional de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. Les autorités avaient été alertées par plusieurs témoignages faisant état de la présence de rapaces dans ce camp. 

Leur propriétaire, qui a été placé en garde à vue et était recherché pour une affaire distincte de vol, a reconnu qu'il les détenait en toute illégalité. Il encourt 15.000 euros d'amende et un an de prison.

Les trois faucons ont été placés dans un refuge où ils vont pouvoir être "vermifugés, soignés et suivis", a précisé M. Hansen. 

Les enquêteurs vont désormais s'attacher à comprendre d'où peuvent provenir les oiseaux saisis au cours de l'opération conjointe de l'ONCFS, de la police et de la gendarmerie dans le Loiret. Le faucon sacre, de son nom scientifique Falco cherrug, est une espèce menacée d'extinction, protégée à l'échelle mondiale par la Convention de Washington, et victime comme nombre d'espèces sauvages, d'un trafic. Il est très vulnérable, car chaque spécimen se monnaie plusieurs milliers d'euros dans les pays du Golfe, où il est employé pour la chasse au vol, selon l'ONCFS.

L'ONCFS redoute que ce commerce illégal ne s'étende désormais au-delà du cercle restreint des mordus de rapaces, à des criminels adeptes de "trafics en tout genre". Selon l'Office, qui au-delà de ces missions de surveillance est très actif dans la protection de la faune et de l'environnement, le trafic d'animaux arrive en troisième position des trafics illicites les plus développés dans le monde, derrière les armes et les drogues.

----->[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Si l'on en croit la carte de la répartition de l'espèce, ci-dessus, la France n'est pas recensée comme faisant partie de son habitat....

30 millions d'amis 21/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Kenya / ivoire : Il doit répondre de "crime contre l'environnement"   Ven 26 Déc - 21:07

Le chef présumé d'un vaste réseau de trafic d'ivoire, appréhendé dans le cadre d'une opération menée par Interpol, est actuellement jugé par un tribunal kenyan.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Feisal Mohamed Ali, le chef présumé d'un vaste trafic d'ivoire au Kenya, le 24 décembre 2014 au tribunal de Mombasa (c) Afp

Un Kényan, chef présumé d'un vaste trafic d'ivoire au Kenya et l'un des suspects de "crimes contre l'environnement" les plus recherchés par Interpol jusqu'à son arrestation lundi 22 décembre 2014 en Tanzanie, a comparu deux jours plus tard devant un tribunal kényan, selon un correspondant de l'AFP.

Feisal Mohamed Ali, extradé dans la matinée de Tanzanie, a été inculpé par un tribunal de Mombasa d'infraction à la législation sur le commerce des dépouilles issues de la faune sauvage et de la possession illégale de 314 pièces d'ivoire. Ces crimes sont passibles de la prison à vie quand il concernent des espèces protégés, à savoir des éléphants. L'accusé, barbe poivre et sel et chemise blanche, est arrivé menotté et sous forte garde au tribunal, où il a plaidé non-coupable des deux chefs. Il a été maintenu en détention jusqu'au 30 décembre, date d'une audience devant statuer sur une mise en liberté provisoire.

"Nous étudions la possibilité que Feisal puisse être lié à la criminalité internationale allant du terrorisme au crime organisé. Nous savons que les revenus du trafic d'ivoire sont utilisés pour financer le terrorisme", a expliqué au tribunal un enquêteur de la police, Said Kitur. Le représentant du Parquet, Alexander Muteti, a réclamé le maintien en détention de l'accusé, rappelant "qu'il était en fuite depuis le 5 juin", avait "été arrêté dans un pays étranger" et présentait "un risque de fuite le rendant inadmissible à une libération sous caution".

Feisal Mohamed Ali, homme d'affaires de Mombasa, principal port d'Afrique de l'Est, était visé par un mandat d'arrêt au Kenya depuis la découverte en juin dans un entrepôt de la ville, principal port d'Afrique de l'Est, de plus de deux tonnes d'ivoire, dont 228 défenses d'éléphants entières.

Deux de ses complices présumés avaient été arrêtés, mais Feisal Mohamed Ali, soupçonné d'être le chef du réseau, avait réussi à prendre la fuite. Arrêté lundi soir à Dar es Salaam par des agents d'Interpol, il a été remis mercredi aux autorités kényanes à un poste-frontière du sud du Kenya et transféré à Mombasa. Feisal figurait, avec huit autres suspects, sur un avis de recherche diffusé publiquement en novembre par Interpol, dans le cadre de son opération "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]" lancée un mois plus tôt et visant 139 suspects de crimes environnementaux en fuite.

"La capture de ces (neuf) criminels contribuera au démantèlement de groupes organisés qui ont fait des atteintes à l’environnement une activité professionnelle lucrative", avait indiqué Interpol. Infra-Terra est la première opération d’Interpol ciblant des individus spécifiquement recherchés pour des crimes contre l'environnement.

Le Kényan est le deuxième individu figurant sur cet avis de recherche à être arrêté, après l'interpellation en Zambie début décembre de Ben Simasiku, un Zambien recherché pour possession illégale d'ivoire au Botswana. Les sept autres suspects toujours en fuite sont un Italien, un Pakistanais, un Mexicain, un Swazi, un Néerlandais, un Indonésien et un Germano-Russe. Ils sont recherchés pour diverses infractions telles que déchargements de déchets toxiques, trafic d'animaux sauvages, braconnage, exploitation forestière ou pêche illégales.

Mombasa est une des principales plate-formes d'exportation de l'ivoire et de la corne de rhinocéros, braconnées au Kenya ou dans les pays voisins, vers les pays du Golfe ou d'Asie. Par ailleurs le tribunal avait plus tôt convoqué plusieurs policiers, qui devront venir s'expliquer sur la disparition apparente des 314 pièces d'ivoire saisies en juin et devant servir de pièces à conviction.


Sciences et avenir 26/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Océan Austral : retrait des filets de la mort par Sea Shepherd   Lun 29 Déc - 0:38

Le capitaine Siddarth Chakravarty nous informe depuis l’océan Austral que son équipage a déjà récupéré 13000 mètres de lignes et de filets maillants qui avaient été posés à 2000 mètres de profondeur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Cela fait 66 heures que l’équipage du « Sam Simon » travaille par roulement de 4 heures pour relever le filet illégal. L’équipage est réparti en deux équipes baptisées l’Erebus et l’Endurance. Deux treuils fonctionnent sans interruption et l’équipage remonte 800 à 1000 mètres par tranche de quatre heures. Les opérations de relevage se poursuivent et cela ne va pas vite, car l’équipage libère les animaux vivants qui sont pris dans le filet et enregistre des données sur ceux qui sont morts. (Photo Sea Shepherd)

Le filet confisqué est entreposé sur le pont arrière et il reste de la place pour encore 20 kilomètres. Cela représente un tas d’une hauteur considérable.

Jusqu’à présent l’’équipage a récupéré environ 150 légines * mortes. Environ 75 crabes vivants remontés à la surface ont été libérés. Une centaine d’autres animaux, en plus des légines, ont été également remontés morts.

Les conditions météo sont désagréables avec des températures de -2°C, des vents de 20 à 25 nœuds et des creux de 2 mètres. Il neige sans arrêt depuis 6-8 heures et les conditions restent froides et humides.

A 1000 milles au nord-ouest, le « Bob Barker » est toujours à la poursuite du braconnier nigérian « Thunder ». Cette poursuite d’un braconnier est en train de devenir la plus longue dans l’histoire de la pêche illégale. Le « Thunder » sait bien que, s’il entre dans un port quelconque de l’océan Indien, il risque d’y être arrêté, mais qu’à un moment ou à un autre il y sera obligé par le manque de carburant. Le « Thunder » a essayé, sans succès, de semer le « Bob Barker » dans de la glace dense et des tempêtes violentes. Depuis le 16 décembre, le « Bob Barker » ne quitte pas leur sillage. Ils ont déjà perdu leur coûteux filet maillant, et ils n’ont nulle part où aller.

----->Cette espèce de poisson des grands fonds, comme tant d'autres d'ailleurs, a fait l'objet d'une surpêche phénoménale due au prix de vente au kg, ce qui a provoqué un effondrement de sa population. Aussi pour éviter de l'épuiser totalement, des quotas de pêche ont été instaurés... Ceux-ci semblent bien respectés... Mais l'espèce fait l'objet d'une pêche illégale dans de grandes proportions, menée avec une détermination encore jamais rencontrée en matière de pêche.... 

Sea Shepherd 28/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Saisie de 170 bébés tortues à l'aéroport de Roissy   Lun 29 Déc - 21:02

Les douanes françaises ont annoncé lundi la saisie, le 14 décembre, de 170 bébés tortues étoilées de Madagascar cachés dans des caisses de concombres de mer en transit à l'aéroport parisien de Roissy. Cette espèce de tortue est menacée de disparition et est prisée par les collectionneurs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Ces tortues Astrochelys radiata venaient de Madagascar et étaient destinées au Laos, ont précisé les services douaniers. Elles ont voyagé dans le double fond de caisses de concombres de mer, un moyen de dissimulation rappelant le trafic de stupéfiants, a relevé le secrétaire général des douanes de Roissy, Sébastien Tiran. (Photo Jeffdelonge CC Wikipedia Commons)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] CR = En danger critique d'extinction

Sur les 170 bébés, quinze avaient succombé du fait de "conditions de transport particulièrement inadaptées", selon les douanes.

Le transport de spécimens de cette espèce très menacée et protégée par l'annexe 1 de la Convention de Washington est interdit, sauf permis spécial. Une telle saisie est rare, les douaniers tombant plus souvent, en matière d'animaux vivants, sur des tortues du Maghreb, moins menacées, ou des oiseaux tropicaux.

S'agissant d'une saisie sans interpellation, il est peu probable que l'affaire ait des suites judiciaires. Les bébés tortues survivants ont été remis à un centre spécialisé dans le sud-est de la France.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Comme mentionné, cette espèce est originaire de Madagascar, mais elle a été introduite à Maurice et à La Réunion. (Photo Jutta234 CC BY-SA 3.0)

À l'âge adulte, elle mesure une quarantaine de centimètres de long pour les mâles et une trentaine pour les femelles. Elle peut alors peser 20 kg pour les mâles et 15 kg pour les femelles. Sa longévité est d'une centaine d'années.

Les tortues rayonnées étant herbivores, les graines constituent 80 à 90 % de leur régime alimentaire, auxquelles s'ajoutent des fruits et des plantes. Dans la nature, les cactus du genre Opuntia sont leur nourriture favorite. Les tortues rayonnées semblent privilégier les jeunes pousses, sans doute à cause de leur grand taux de protéine et leur faible teneur en fibres.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Photo jeune de 7 jours après son éclosion. Philstone - Titou / CC BY-SA 4.0

La tortue étoilée de Madagascar est un animal de compagnie particulièrement apprécié à l'île de la Réunion. La presse locale a déjà eu l'occasion d'indiquer qu'un foyer réunionnais sur deux possédait une ou plusieurs tortues de cette espèce descendant de spécimens importés il y a plusieurs générations. La déclaration de ces animaux aux autorités est désormais obligatoire.


Romandie 29/12/2014 - Wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les bébés tortues survivantes saisies à Roissy vont mieux   Mer 31 Déc - 16:40

Les bébés tortues confisquées à Roissy (Val d'Oise) par les douaniers vont mieux. Ces 170 tortues étoilées de Madagascar, une espèce rare prisée des collectionneurs pour les motifs de leur carapace, ont été recueillies vendredi 27 décembre le village des tortues de Gonfaron (Var).


"On les a baignées, on les a nourries. Elles commencent à être en pleine forme", explique à France 3 Bernard Devaux, le fondateur du parc animalier spécialisé. "Sur les marchés illégaux, on en trouve qui valent jusqu'à 200 ou 500 dollars", déplore Bernard Devaux.

Cachées sous des concombres de mer en transit par les trafiquants, 15 d'entre elles n'ont pas survécu à leur voyage. Une fois remises sur pieds, ces 170 bébés devraient retrouver leur pays d'origine Madagascar. C'est du moins l'objectif de leurs soigneurs.


Francetv info 30/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Braconniers de rhinocéros tués par des rangers en Afrique du Sud   Lun 5 Jan - 21:41

Deux braconniers de rhinocéros ont été tués lundi par les gardes-chasse du parc naturel sud-africain Kruger, ont annoncé les autorités du parc. Plus d'un millier de ces herbivores cornus ont été massacrés en 2014 dans cette zone protégée.

"Il y a eu des échanges de tirs et deux des trois suspects de braconnage de rhinocéros ont été tués", a déclaré le porte-parole des parcs naturels d'Afrique du Sud, William Mabasa. Le troisième suspect a réussi à s'échapper au cours de cette fusillade qui a eu lieu vers 5 heures du matin dans le parc Kruger, la plus grande réserve naturelle d'Afrique du Sud, située dans le nord-est du pays.

Selon les chiffres officiels, plus de 1020 rhinocéros ont été tués entre janvier et novembre 2014 dans les parcs d'Afrique du Sud, dont 700 dans le parc Kruger.

  Alec in WILDerland 7/10/2013 : Alec a voyagé du Texas à l'Afrique du Sud pour sensibiliser les gens sur le braconnage des rhinocéros et offrir un don au nom de son spectacle...

Les records sont tristement battus tous les ans depuis que les braconniers s'intéressent à ces pacifiques pachydermes qui ont le malheur d'avoir des cornes en kératine, auxquelles les clients asiatiques prêtent des vertus médicinales miraculeuses.

Les autorités ont dénombré 13 cas en 2007, 33 en 2008, 122 en 2009, 333 en 2010, 448 en 2011, 668 en 2012, 1004 en 2013... Or, l'Afrique du Sud abrite les trois quarts de la population mondiale de rhinocéros, environ 20'000 individus.

 WWF 22/9/2011


Romandie 5/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
megmatii
Membre assidu
Membre assidu
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 30/11/2010

MessageSujet: Pêche illégale: Sea Shepherd lancé dans une course-poursuite dans l'océan Austral   Ven 9 Jan - 22:58

L'organisation écologique Sea Shepherd a annoncé vendredi qu'elle pourchassait depuis trois semaines un navire «braconnier» pour tenter de l'empêcher de pêcher illégalement dans l'océan Austral.


Peter Hammarstedt, capitaine du Bob Barker, navire-amiral de l'ONG, a expliqué que son équipage était lancé aux trousses du bateau immatriculé au Nigeria depuis 22 jours, la plus longue traque jamais menée par l'organisation contre un navire soupçonné de pêche illégale.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Le dernier né des navires de l'organisation écologique Sea Sheperd, le 21 août 2013 à Sydney - William West AFP

«Quand nous sommes tombés sur eux, ils pêchaient activement», a-t-il déclaré à l'AFP. Le Bob Barker se trouvait vendredi à environ 900 milles nautiques environ (1.650 kilomètres) des côtes sud-est de l'Afrique du Sud.

La course-poursuite a commencé à 2.300 milles de l'Afrique du Sud dans une zone où la pêche est réglementée par la Commission pour la conservation des ressources marines de l'Antarctique (CCAMLR). «Je les ai contactés par radio et leur ai indiqué qu'ils étaient en infraction... C'était il y a 22 jours et depuis ils nous entraînent dans des eaux glacées et démontées», a déclaré Peter Hammarstedt.

«Nous sommes prêts à traquer ces braconniers jusqu'au bout de la terre si c'est nécessaire,» a-t-il ajouté, précisant que l'équipage du bateau nigérian, le The Thunder, avait tenté de les semer en naviguant au milieu de blocs de glace.

Le bateau nigérian figure sur une liste établie des bâtiments soupçonnés de pêche illégale ou irrégulière établie par la CCAMLR. En l’occurrence, son équipage est soupçonné de pêcher en Antarctique la légine de Patagonie et d'autres espèces rares.

Sea Shepherd a récupéré deux filets abandonnés par le The Thunder, qui contenaient plus de 700 légines et autres animaux marins morts, a ajouté l'organisation.


20' 9 janvier 2015
Revenir en haut Aller en bas
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Ivoire: 37 ONG appellent le gouvernement à durcir la législation   Mer 21 Jan - 0:50

PARIS (AFP) - Trente-sept ONG européennes, africaines, américaines et asiatiques demandent au gouvernement d'interdire "toute commercialisation et exportation d'ivoire" et d'agir au niveau européen, dans une lettre adressée mardi à la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

"Le commerce de l'ivoire d'éléphant se développe au sein de l'Union européenne et en particulier en France. Durant le dernier trimestre 2014, au moins 118 défenses entières ont été mises aux enchères sur le territoire français", écrivent les signataires, parmi lesquels l'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux), le Pan African Wildlife Conservation Network, la Humane Society International, Save the elephants, la Fondation Brigitte Bardot.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] © AFP/Archives | Des objets en ivoire brisés dans le cadre d'une protestation contre le braconage et le trafic d'ivoire, à Los Angeles le 6 novembre 2014

"La France a en 2013 délivré des permis d'exportation pour 116 défenses d'éléphants d'Afrique, une quantité record, jamais atteinte depuis 1990", date d'entrée en vigueur d'un moratoire sur les ventes d'ivoire à l'international, ajoutent les ONG dans ce courrier également envoyé à Nicolas Hulot, l'envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète.

"En laissant le commerce d'ivoire brut se développer sur son territoire et en alimentant le commerce international, la France est complice de la disparition des éléphants", affirment les ONG. Elles dénoncent "les failles dans l'encadrement et le contrôle du commerce qui permettent d'introduire, dans les circuits +légaux+, de l'ivoire d'éléphants braconnés".

Les ONG prient "instamment" le gouvernement "de prendre des mesures immédiates afin d'interdire en France toute commercialisation et exportation d'ivoire brut ou débité". Elles lui demandent aussi d'"appeler tous les pays européens à appliquer de telles mesures indispensables à la sauvegarde des éléphants".

"Certains pays ont déjà réagi", soulignent les signataires, en citant la Grande-Bretagne, la Suède, l'Allemagne et les Etats-Unis.

Un moratoire sur les ventes d'ivoire à l'international est en vigueur depuis janvier 1990 mais, pour des objets anciens, des dérogations très encadrées sont possibles, notamment au sein de l'Union européenne (UE). Une deuxième dérogation possible à l'interdiction de la vente, du transport, de la publicité et de l'achat d'ivoire concerne des défenses ou des objets travaillés dont il est possible de prouver qu'ils sont entrés dans l'UE avant janvier 1990.

La population d'éléphants d'Afrique est estimée à environ 500.000 spécimens, soit moitié moins que dans les années 80.

Selon les ONG, "en Afrique et en Asie, 35.000 à 40.000 éléphants sont braconnés chaque année" pour répondre à la demande "insatiable" des pays asiatiques, notamment de la Chine.


France24 20/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Traquer la pêche illégale grâce aux satellites   Mar 27 Jan - 17:32

Une nouvelle technologie s’appuyant sur des données satellitaires et d’autres informations permet de détecter les navires suspects de pêche illégale. Des tests sont menés atour de l’île de Pâques et des Palaos, en Micronésie.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] A l'aide de satellites un dispositif promet de mieux surveiller la pêche illégale. The Pew Charitable Trusts

La pêche illégale rapporterait près de 23,5 milliards d’euros par an et représente une capture sur cinq selon les experts cités par la fondation The Pew Charitable Trusts qui annonce la mise en place d’un nouveau dispositif de surveillance des mers. Le projet "Eyes on the Seas" permet une surveillance et une analyse en temps réel de l’activité des navires en mers. Des tests sur des zones réduites sont en cours.

Le système est développé en partenariat la société Catapult qui promeut les activités spatiales britanniques. La technologie intègre des données provenant de différents satellites (GPS, radar, optique) ainsi que des informations concernant les navires et des indications sur la zone qu’ils fréquentent. Le tout permet de disposer, en temps réel, d’un listing de l’activité de tous les navires présents dans une zone donnée

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  Comment fonctionne Eyes on the Seas The Pew Charitable Trusts

Sur Internet, une "Virtual Watch Room" permet de le consulter en ligne et de repérer les bateaux au "comportement suspect". "Eyes on the seas est conçu pour remplacer le système actuel de collecte de l’information, coûteux et inégal, par un dispositif global d’identification et de suivi des navires de pêche illégaux. Ce système permettra aux autorités de constituer un dossier complet contre eux et de les suivre jusqu’au port", explique Joshua Reichert, vice-président exécutif de The Pew Charitable Trusts.

La chambre virtuelle a été activée vendredi 23 janvier 2015, aussi, à l'heure où nous écrivons ces lignes, il est trop tôt pour avoir une idée de l’efficacité du projet. Pour l’heure, il n’est d’ailleurs pas question de surveiller l’intégralité des océans. Seules deux petites zones maritimes seront couvertes : les eaux autour de l’île de Pâques et les Palaos, un archipel composé d’une centaine d’îles en Micronésie. "Avec l'aide de Pew, nous avons déjà identifié des navires suspects dans notre zone marine", a déclaré Tommy E. Remengesau, Jr, président des Palaos. Progressivement le nombre de zones sous surveillance augmentera avec un accent sur les réserves maritimes situées dans les coins les plus reculés. Le plan de déploiement est programmé sur trois ans, il ne sera pleinement efficace qu’avec la coopération des gouvernements et des organismes internationaux.


Sciences et avenir 27/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Ouganda: saisie massive d’ivoire et d’écailles de pangolin   Mer 28 Jan - 20:21

Plus de 700 kilos de défenses d’éléphants et deux tonnes de peaux de pangolins ont été saisis par les agents de la protection de la faune sauvage, a annoncé dimanche la police ougandaise.

L'ivoire et les écailles de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ont été découverts à Entebbe, le principal aéroport ougandais, cachées dans des caisses. Un employé de l’aéroport, un douanier et le chauffeur du camion qui avait livré les caisses ont été arrêtés, a annoncé le chef de la police aéroportuaire, Ludovic Awita.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Les pangolins figurent désormais parmi les mammifères les plus braconnés au monde. © reporters

Les écailles du pangolin, un petit fourmilier aux pattes courtes et griffues, font l’objet d’une demande croissante en Asie. Utilisées en médecine chinoise, elles sont considérées comme pouvant traiter de nombreuses affections, telles que le psoriasis ou une mauvaise circulation.

Le porte-parole de l’Autorité ougandaise de protection de la faune sauvage, Jossy Muhangi, a précisé que l’ivoire et les écailles avaient été découverts dans trois caisses en partance pour Amsterdam, la capitale des Pays-Bas.

« Les défenses, fraîchement coupées sur les éléphants, ont été découpées par les trafiquants pour faciliter leur transport », a précisé M. Muhangi, rendant difficile l’estimation du nombre d’animaux mutilés. Les boîtes, prêtes à l’exportation, avaient été enregistrées par la douane ougandaise comme contenant du matériel de télécommunication défectueux.

Les douaniers avaient jugé que les caisses étaient trop lourdes pour passer aux rayons X, mais les officiers de protection de la faune ont insisté pour les ouvrir.

Le ministre de l’Environnement ougandais avait annulé la semaine dernière une licence d’export accordée illégalement à un chargement d’écailles de pangolins d’une valeur estimée à 1,3 million d’euros.

L’Ouganda est également une des principales plaques tournantes du trafic d’ivoire, qui provient notamment des grandes forêts de la République Démocratique Du Congo voisine. Au mois de novembre, plus d’une tonne d’ivoire dépassant le million dollars et saisie par les douaniers avait disparu des entrepôts gouvernementaux.

Le braconnage des éléphants a explosé ces dernières années en Afrique, alimenté par la forte demande d’ivoire en Asie où sa poudre est recherchée pour ses prétendues vertus médicinales. Les prix sont devenus astronomiques, faisant saliver gangs criminels internationaux et groupes armés.

Les pangolins, prisés pour leurs écailles mais aussi pour leur viande, figurent désormais parmi les mammifères les plus braconnés au monde, avec plus d’un million d’individus capturés dans la nature au cours des 10 dernières années, selon la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

Le pangolin pèse entre 2 et 35 kilos, selon son espèce, et mesure entre 30 et 80 cm. La plupart des pangolins sont des animaux nocturnes qui se nourrissent essentiellement d’insectes.


lEsOIR.BE 27/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: La France durcit sa réglementation face au trafic illégal d'ivoire   Mer 28 Jan - 21:04

Le niveau de braconnage des éléphants est alarmant et la France est un maillon du commerce illégal d'ivoire: fort de ce constat, le gouvernement a décidé de ne plus délivrer d'autorisations pour exporter de l'ivoire brut en dehors de l'Union.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Des défenses d'éléphants au Tchad le 21 février 2014 - Marco Longari AFP

Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, a pris cette décision, après avoir été interpellée il y a quelques jours par une quarantaine d'associations françaises, mais aussi africaines et asiatiques, qui ont constaté que la France délivrait un grand nombre de permis d'exportation. «La France a en 2013 délivré des permis d’exportation pour 116 défenses d’éléphants d'Afrique, une quantité record, jamais atteinte depuis 1990», déploraient les ONG.

«En 2014, plus de trois tonnes d'ivoire brut ont été vendues dans des salles aux enchères: la totalité de ces ivoires a été achetée par des ressortissants étrangers», alerte Robin des Bois, ONG en pointe dans le suivi du commerce illégale d'espèces. «Sous le couvert de l'ivoire légal, des filières écoulent de l'ivoire illégal en Asie», ajoute Charlotte Nithart, porte-parole de Robin de Bois.

Le commerce d'ivoire est strictement règlement depuis 1990. Il doit être limité aux pièces datant d'avant 1947 et considérées comme des antiquités ou à des pièces et morceaux bruts entrés dans l'Union européenne avant 1990. La preuve de cette antériorité sur le territoire européen doit être fournie pour obtenir un certificat intra-communautaire qui permet la vente de la pièce, lors d'enchères par exemple.

Mais de l'ivoire entre clandestinement en France, surtout via l'Afrique de l'Ouest. Ensuite, «il y a du trafic sur les certificats», a affirmé mercredi Ségolène Royal. «Il y a des contrefaçons de certificats d'une part et d'autre part de vrais certificats qui sont détournés et utilisés pour des ivoires récents», a confié à l'AFP Charlotte Nithart, porte-parole de Robin des Bois.

Les chiffres du ministère montrent une hausse significative des certificats délivrés: 398 en 2014 pour des ventes à l'intérieur de l'Union (284 en 2012 et 332 en 2013) et 315 pour des ventes hors Union (54 en 2012 et 93 en 2013).

En interdisant les exportations d'ivoire brut hors Union européenne depuis son territoire, la France s'aligne sur l'Allemagne et le Royaume-Uni. Cette décision a été unanimement saluée par les ONG reçues mercredi au ministère de l'Ecologie, qui ne désespèrent toutefois pas de voir un jour tout commerce d'ivoire banni en France. «Je me réjouis de l'interdiction des exportations, mais je regrette qu'on ne suspende pas la vente en général», a déclaré Alain Bougrain-Dubourg, le président de la LPO.

Will Travers de l'ONG britannique, Bron free fondation, a souligné «le lien entre marché légal et exploitation illégale».

«Nous défendons une interdiction de tout commerce en France», a réagi Christophe Marie au nom de la Fondation Brigitte Bardot, en soulignant «la contradiction apparente entre des ventes aux enchères massives et des opérations de destruction d'ivoire».

Il y a un an, le gouvernement avait procédé à la destruction spectaculaire, au pied de la tour Eiffel, de trois tonnes d'ivoire confisquées au cours de saisies diverses.
«Nous allons poursuivre en 2015 les opérations de destruction de stocks d'ivoire», a assuré Ségolène Royal, conformément à l'engagement de son prédécesseur Philippe Martin.

Le projet de loi sur la biodiversité, qui devrait enfin arriver à l'Assemblée en mars, va aussi permettre de renforcer les sanctions contre les trafiquants d'espèces menacées. Les amendes passeront de 15.000 à 150.000 euros pour des infractions simples et pourront aller jusqu'à 750.000 euros pour celles commises en bande organisée.

«La France peut donner l'exemple», en matière de lutte contre le trafic, a estimé Stéphane Ringuet, expert auprès du WWF. Mais selon le spécialiste, l'action pour espérer sauver les éléphants d'Afrique passe aussi par la lutte contre le braconnage et la demande, essentiellement située en Asie, en particulier en Chine.

«Il y a désormais une véritable guerre de l'ivoire, avec des armes considérables et des dizaines de gardes tués chaque année en Afrique», a rappelé Jacky Bonnemains de Robin des Bois.


20 Minutes 28/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: SUISSE / Pêche illicite (importation): les autorités fédérales renforcent leurs mesures   Lun 9 Fév - 16:20

La Suisse ne doit pas devenir un marché pour les poissons pêchés illégalement. En sus d'une interdiction ciblée d'importation, divers mécanismes de contrôle sont proposés. L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires a mis lundi une nouvelle ordonnance en consultation jusqu'au 30 avril.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Une procédure simplifiée est prévue pour les 92% provenant de pays disposant d'une surveillance très développée de la pêche. KEYSTONE / Le Nouvelliste

Plusieurs États ont fixé des quotas et défini des périodes et des régions où la pêche est interdite. Mais ces règles ne sont pas toujours respectées. Et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, dite "INN", menace gravement la gestion durable des ressources aquatiques vivantes.

L'Union européenne (UE) a déjà réagi en 2010 en interdisant la pêche INN. Sous pression du Parlement, la Confédération va suivre. Berne pourra ainsi prohiber les importations en provenance de pays * ne surveillant pas suffisamment la pêche. Une liste sera dressée.

Pour les autres Etats, les lots de produits de la pêche d'origine marine devront être accompagnés, avant l'arrivée en Suisse, d'un certificat de capture valable et des documents d'accompagnement. La déclaration devra être faite trois jours ouvrables avant l'importation.

Si l'examen ne révèle aucun indice d'une pêche INN, les lots pourront être présentés à la douane moyennant un émolument de 70 francs. Cette taxe devrait rapporter quelque 574'000 francs et couvrir les frais informatiques et de personnel.

comme le Maroc, la Malaisie, la Papouasie-Nouvelle Guinée ou le Bangladesh. Cela concerne environ 8% des lots importés.

Romandie 9/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
mustang91
Membre assidu
Membre assidu


Messages : 162
Date d'inscription : 06/07/2013

MessageSujet: Près de 19 000 hippocampes saisis à l'aéroport de Roissy   Lun 9 Fév - 21:53

Dix-neuf mille hippocampes, une espèce protégée par la convention de Washington sur les espèces menacées de disparition, ont été saisis jeudi 5 février à l'aéroport de Roissy, ont annoncé les douanes lundi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Leurs couleurs varient selon les espèces, le nombre de celles-ci tournant autour de 220. Leur taille varie de 6 à 15 cm. Leur durée de vie varie de 5 à 7 ans. Ici un Hippocampus hystrix. Nick Hobgood, cc by-sa 3.0

Les animaux, transportés à l'état déshydraté, ont été découverts dans un envoi commercial en provenance de Madagascar et à destination de Hongkong, a précisé la direction des douanes à l'AFP. Leur valeur est estimée à près de 200 000 euros.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Des hippocampes ont été saisis, jeudi 5 février 2015 par les douanes françaises à l'aéroport de Roissy. (DOUANES FRANCAISES)

Les hippocampes sont protégés du fait de la destruction de leur habitat et de prélèvements importants sur l'espèce. Ils sont notamment utilisés dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, qui leur prête des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques, ou vendus aux touristes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Le 15 janvier, les services douaniers chargés du contrôle des voyageurs avaient déjà intercepté 112 hippocampes morts dans les bagages d'un couple arrivant de Shanghaï. D'après les déclarations des douaniers, les animaux devaient être utilisés pour réaliser des bouillons pour bébé. (Photo DOUANES FRANCAISES)

La saisie de jeudi est la plus importante de ce genre, à Roissy, depuis 2005, précisent les douanes. A l'époque, 35 000 hippocampes avaient été découverts, pour un poids de 118 kg. Les animaux étaient répartis dans des sacs plastiques provenant de Conakry (en Guinée) et à destination de la province du Fujian, en Chine.


Le Monde 9fev.2015
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Indonésie: des "éco-guerriers" à dos d'éléphants protègent forêts et espèces en danger   Dim 15 Fév - 14:02

Trumon (Indonésie) - De jeunes "éco-guerriers" perchés sur des éléphants de Sumatra, en Indonésie, patrouillent dans la jungle de cette île de l'ouest de l'archipel pour lutter contre l'abattage illégal d'arbres et le braconnage dans les immenses forêts tropicales.

Ils s'enfoncent pendant des jours dans la jungle, le long de rivières, sur des sols accidentés, à travers une végétation épaisse abritant de nombreuses espèces en danger, tels des tigres et orangs-outan qui vivent dans un espace ravagé par la déforestation de ces dernières années. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Un éco-guerrier sur son éléphant de Sumatra s'apprête à patrouiller dans la jungle de l'île le 25 janvier 2015 afp.com / Chaideer Mahyuddin

Au retour de leur expédition, ces habitants rapportent aux autorités tout ce qu'ils ont vu d'illégal ou de suspect dans ces forêts où les coupes d'arbres sans autorisation sont fréquentes, et où des éléphants et des tigres sont tués respectivement pour leur ivoire et leur peau.

L'Indonésie, le plus grand archipel du monde qui s'étend sur 1,9 million de km2, soit presque quatre fois la France, possède de vastes forêts tropicales. Mais d'importantes quantités d'arbres sont coupées pour laisser place à des plantations qui produiront du papier ou de l'huile de palme, détruisant la biodiversité et augmentant l'émission de gaz à effets de serre.

La déforestation est en grande partie illégale, un fléau que les autorités peinent à enrayer compte tenu de l'étendue du territoire et du manque de moyens.  Du coup, des ONG de la province d'Aceh, à la pointe nord de l'île de Sumatra, ont décidé d'apporter leur aide en 2012, avec des habitants de la région de Trumon partant à la "chasse" de braconniers et d'individus se livrant à des coupes de bois sauvages. L'an passé, l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) s'est associée à ce projet qui a depuis pris de l'ampleur et vu l'introduction de patrouilles à dos d'éléphant avec des habitants de la région. Des cornacs -- personnes qui s'occupent d'éléphants utilisés pour des travaux ou transports en forêt, appelés localement "mahout" -- parcourent désormais la jungle avec leur pachyderme et sont rémunérés par USAID.

Certains habitants ont abandonné leur travail pour rejoindre les "mahout", à l'image de Hendra Masrijal, un ancien vendeur de nourriture. Un peu plus d'une vingtaine d'habitants, parmi lesquels d'anciens séparatistes qui ont combattu les forces du gouvernement central à Jakarta avant la conclusion d'un accord de paix avec la province d'Aceh il y a dix ans, participent désormais au projet. "Cela me rend triste de voir des images d'éléphants tués par des braconniers pour leur ivoire", raconte à l'AFP M. Masrijal. "Des paysans et des villageois empiètent aussi sur leur habitat", déplore-t-il.

Les patrouilles dans les profondeurs de la jungle durent de deux à sept jours. Chaque mois, les "mahout" passent de 15 à 20 jours dans la jungle, sur une surface totale de 27.000 hectares appelée "couloir de la faune de Trumon".

Outre la lutte contre la déforestation illégale et le braconnage, des responsables de ce projet dispensent des séances de formations aux habitants de la région sur le développement de l'écotourisme, afin d'encourager des villageois qui ont l'habitude de vivre d'activités illégales tels le braconnage ou les coupes d'arbres illégales, à trouver d'autres moyens de subsistance. Cette initiative suscite de l'enthousiasme parmi les communautés locales, constate Tisna Nando, porte-parole d'USAID. "Ils voient qu'ils peuvent bénéficier économiquement de la protection des forêts dans la région, plutôt que de couper des arbres", explique à l'AFP Mme Nando.

Selon une étude publiée l'an passé, l'Indonésie a abattu en 2012 près de deux fois plus de forêt vierge que le Brésil, considéré comme le plus grand destructeur au monde de la forêt primaire.


L'Express 15/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: La Chine interdit l'importation d'ivoire sculpté   Sam 28 Fév - 15:09

En réponse aux critiques internationales Pékin interdit pendant un an l'importation d'ivoire ouvragé. Une mesure symbolique ?

La décision, entrée en vigueur jeudi 26 février 2015 a été annoncée dans un communiqué posté sur le site de l'Administration des Forêts. Elle survient à la veille de la visite en Chine du prince William, duc de Cambridge, qui mène activement campagne contre la contrebande internationale liée au braconnage des animaux sauvages - sujet qu'il doit aborder mercredi 3 mars lors d'une conférence dans la province du Yunnan (sud).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Une sculpture en ivoire dans un magasin à Hangzhou dans l'est de la Chine le 27 février 2015 (c) Afp

Pékin est signataire de la Convention sur la protection des espèces en danger (CITES) - qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d'éléphants à l'exception d'enchères exceptionnelles sur des stocks africains -. Mais la Chine reste le principal consommateur mondial d'ivoire de contrebande. Les ventes d'ivoire ouvragé sont légales dans le pays, dont la demande alimente le massacre de dizaines de milliers de pachydermes par an.

La sculpture sur ivoire est un art ancien en Chine et ces objets finement ouvragés - souvent des scènes tirées de la tradition bouddhiste, mais aussi des sceaux ou de simples baguettes - sont prisés des collectionneurs, qui y voient un investissement de valeur. L'interdiction prononcée jeudi a toutes les chances de rester symbolique: la contrebande internationale concerne en effet essentiellement les défenses ou de l'ivoire brut, destinés à une pharmacopée traditionnelle qui leur prête à tort des vertus aphrodisiaques et médicinales.  L'ivoire brut représente 90% de saisies, selon une base de données liée à la CITES.

Certes, Pékin qui montre sa détermination, a déjà fermé au moins dix ateliers d'ivoire légalement enregistrés et jeté en prison des centaines de trafiquants, mais ces mesures --de l'avis des ONG-- apparaissent très timides face à l'ampleur du secteur. Un responsable de l'Administration des Forêts faisait état en mai 2013 de 37 entreprises spécialisées dans l'artisanat de l'ivoire et 145 firmes de négoce. Entre 800 et 900 affaires de contrebande d'ivoire sont mises au jour en Chine chaque année, selon les statistiques des douanes. Et plus de la moitié des entreprises engagées dans le commerce légal de l'ivoire sont aussi impliquées dans des transactions illégales.

En décembre, une étude de l'ONG environnementale Save the Elephants et de la fondation Aspinall a évalué à plus de 100.000 le nombre d'éléphants abattus entre 2010 et 2012, en raison d'un commerce chinois croissant dans des proportions "hors de contrôle". Le prix de l'ivoire brut en Chine a bondi de 550 euros le kilo en 2010 à 1.540 euros en 2014. "Tous les chiffres ont explosé ces dernières années: prix de l'ivoire brut et ouvragé, ateliers enregistrés, échoppes légales ou clandestines, objets mis en vente", s'alarmait l'ONG.

Face à une pression internationale très médiatisée, Pékin cherche à donner des gages. Meng Xianlin, directeur de l'administration gérant le commerce des "espèces menacées", a indiqué au journal officiel China Daily que "le volume de la production illégale d'ivoire est bien plus restreint que la production légale". Le nombre d'affaires de contrebande d'espèces sauvages en Chine a chuté de 70% l'an dernier, a d'ailleurs assuré le quotidien. La dernière grosse acquisition légale d'ivoire importée en Chine remonte à 2008 (62 tonnes), et "il n'y a pas eu d'importation significative depuis", a affirmé à l'AFP un responsable de l'Administration des Forêts.

Pékin rappelle néanmoins qu'il n'est pas seul responsable: "Stopper le braconnage et la contrebande exige les efforts conjoints de toutes les parties impliquées", a martelé jeudi Hong Lei, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. En novembre, l'ONG Agence d'investigation environnementale (EIA) n'en avait pas moins épinglé dans un rapport de hauts responsables gouvernementaux et militaires du régime, pris d'une "frénésie d'achats" illégaux d'ivoire, lors d'une visite présidentielle en Tanzanie début 2013. Le rapport a été qualifié de "balivernes" par Pékin.

Sur l'année 2013, la Tanzanie - première source mondiale d'ivoire issu de l'abattage illégal - a perdu 10.000 éléphants, et le braconnage y atteint des niveaux si alarmants que les pachydermes pourraient disparaître du pays d'ici à 2020, a prévenu la Société de protection des éléphants de Tanzanie (Teps).


Sciences et avenir 27/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Montpellier: Des drones sur-mesure contre le braconnage des rhinocéros en Afrique du Sud   Lun 2 Mar - 13:20

Leur drone ne survole pas Paris ou des centrales nucléaires. Loin des interdits et des milieux urbains, deux Montpelliérains, Vincent Boyer et Arnaud Ducros, installés dans le village de Montbazin, se sont lancés dans une aventure bien plus noble.

Leur but : aider à la survie des rhinocéros, le deuxième plus gros mammifère terrestre (après l’éléphant), en proie à un braconnage massif pour le commerce illégal de sa corne. «On a l’un et l’autre un attachement fort à l’Afrique», évoque Arnaud Ducros, directeur technique de la société Drones Application et Développement.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vincent Boyer et Arnaud Ducros ont une longue histoire avec l'Afrique - Jérôme Diesnis/Maxele Presse

Pour lutter contre les braconniers, les deux armes ont deux armes : les drones et les ailes volantes, utilisées à la fois pour recenser les animaux et repérer les auteurs de ce commerce lucratif, sur place, dans le parc national Kruger, la plus grande réserve animalière d’Afrique du sud. «Nous travaillons avec les responsables du parc qui vont mettre deux équipes de trois Rangers à notre disposition.»

Traquer les traqueurs, avec ce matériel qu’ils ont eux-mêmes mis au point, pour affronter des chaleurs tropicales, avec une grande autonomie de batterie et capable d’embarquer des caméras thermiques. Des drones et des ailes volantes laissés aux Rangers à leur départ, afin qu'ils puissent l'utiliser à leur tour, une fois formés à leur manipulation.

Les deux hommes ont galéré pour trouver les financements à leur projet Wild Life’s Eye Project. Avant d’être contacté par Ecobole, site de financement participatif spécialisé dans l’écologie. Leur but, réunir 15.000 euros (encadré) pour mener ce projet à terme.


En quête de 15.000 € pour boucler le projet

Pour financer leur projet (billets d'avion, matériel, intendance) dans le parc Kruger, les Héraultais ont besoin de lever des fonds. Ils ont fait appel au financement participatif et ont trois mois pour récolter 15 000 € (pour en savoir plus, cliquez sur le lien en italique et en gras).


20 minutes 1/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Nairobi brûle 15 tonnes d'ivoire et promet de détruire le stock   Mer 4 Mar - 9:27

Le président kényan Uhuru Kenyatta a brûlé mardi à Nairobi 15 tonnes d'ivoire, le plus important volume jamais incinéré en Afrique. Il a promis de détruire d'ici fin 2015 l'ensemble du stock d'ivoire du Kenya, estimé à 100 tonnes.


 AFP 3/3/2015

"Ce qui est fait pour protéger la biodiversité est faible au regard des menaces sur notre environnement aujourd'hui", a déclaré le président Kenyatta au Parc national de Nairobi. "Il est urgent d'intensifier le combat contre les crimes contre la nature".

"Nous allons brûler le reste de notre stock dans l'année", a-t-il ajouté lors de la cérémonie d'incinération organisée à l'occasion de la Journée mondiale pour la vie sauvage. "Nous voulons que les générations futures de Kényans, d'Africains et du monde entier puissent jouir de la majesté et de la beauté de ces animaux magnifiques. Les braconniers et ceux qui les financent n'auront pas le dernier mot", a poursuivi le chef de l'Etat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Quinze tonnes de défenses d'éléphants ont été brûlées au parc national de Nairobi, au Kenya, le 3 mars. L’ivoire, entassé en une pyramide d'environ 3 mètres de haut, devrait brûler durant cinq jours, sous haute surveillance, dans le Parc avant d’être réduit à l’état de cendres. AFP/CARL DE SOUZA

Le kilogramme d'ivoire se négocie à environ 2100 dollars en Chine. La quantité incinérée mardi représente une valeur marchande d'environ 30 millions de dollars.

"Il s'agit de la plus importante quantité d'ivoire jamais brûlée en Afrique", s'est réjoui Iain Douglas-Hamilton, fondateur de l'ONG Save the Elephants. "En nous y prenant bien, dans ce pays, nous pourrions renverser" la situation en ce qui concerne le dramatique braconnage des éléphants.

Le Kenya est non seulement un haut lieu du braconnage de l'éléphant d'Afrique mais aussi un important point de passage du trafic de l'ivoire prélevé sur les pachydermes abattus dans la région. Au Kenya, les chiffres officiels font état d'une centaine d'éléphants tués chaque année, mais les experts estiment que le carnage est largement sous-estimé. Sur l'ensemble du continent africain, environ 100 000 éléphants d'Afrique ont été tués en seulement trois ans, selon une étude publiée en août 2014 dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences. Le nombre d'éléphants en Afrique centrale a décliné de 60 % au cours des dix dernières années.


Romandie 3/3/2015 Le Monde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Parc naturel marin de Mayotte : la lutte contre le braconnage de tortues   Ven 6 Mar - 14:47

Jeudi 26 février 2015, la collaboration entre les services du Parc naturel marin de Mayotte, du Conseil général de Mayotte et de la Brigade nature a porté ses fruits avec l’interpellation en flagrant délit d’un braconnier multirécidiviste.

Le suivi des sites de ponte, le recensement de la mortalité et le contrôle des nuisances sont les différents volets nécessaires à la protection des tortues marines de Mayotte. Ces actions sont menées en collaboration entre les différents services compétents.


Jeudi 26 février 2015, constatant un flagrant délit de braconnage, un agent du Parc naturel marin a déclenché l’alerte auprès de la Brigade nature. Ses agents, inspecteurs de l’environnement, ont ainsi pu procéder à l’interpellation du braconnier en possession de huit sacs contenant la viande de tortues fraîchement braconnées.

Le Parquet a demandé une comparution immédiate du braconnier qui a été condamné à 12 mois de prison dont 3 mois avec sursis, une amende de 300 euros, 1 euro de dommages et intérêts et 3 ans de suivi par un juge d'application des peines.

Cette condamnation immédiate répond à l’urgence d’endiguer le braconnage. Les chiffres du Réseau échouage des mammifères marins et des tortues marines (REMMAT), animé par le Parc naturel marin, mettent en évidence l’importance du braconnage des tortues à Mayotte et la menace pour la préservation de leurs populations.

Sur l’année 2014, le REMMAT a recensé 262 cas de braconnages de tortues marines sur l’ensemble du territoire de Mayotte, ce qui correspond à 83% des cas de tortues mortes ou en détresse signalés en 2014.

Le REMMAT a pu établir ce bilan notamment grâce à la coopération du grand public via une permanence téléphonique permettant de signaler la présence de mammifères marins ou de tortues, morts ou blessés. Un nombre significatif de cas échappe inéluctablement à ce recensement : l’ampleur du braconnage à Mayotte est vraisemblablement beaucoup plus importante.

Les consommateurs de cette viande s’exposent  à des risques judiciaires (infraction réprimée au code de l'environnement par une peine maximale d'un an de prison et 15000€ d'amende), et à des risques sanitaires. Il y a quelques semaines, 4 personnes sont décédées à Madagascar des suites d’une intoxication liée à la consommation de viande de tortue.


Sous l’impulsion de la Préfecture de Mayotte et sous la coordination du Parc naturel marin, les différents services et organismes impliqués dans la lutte contre le braconnage de tortues marines conjuguent leurs efforts depuis le dernier trimestre 2014.

Pour l’année 2015, les missions de lutte contre le braconnage des tortues marines vont continuer à s’organiser sur deux modes bien distincts :

- la poursuite des actions de présence dissuasive sur les plages de ponte mises en place par le Parc et le Conseil général,

- l’instauration d’actions de surveillance nocturne en collaboration avec les services des douanes, 



- et prochainement, de la Brigade nature pour tenter d’interpeller les auteurs de braconnage en flagrant délit.






Le PNM de Mayotte accueille une faune exceptionnelle et variée. L'île est entourée d'une barrière de corail qui forme l'un des plus grands lagons au monde. Ces récifs coralliens couvrent une surface de 150 km2. Le périmètre du Parc inclut également les bancs éloignés de l'Iris, du Geyser et de la Zélée qui accueillent plus de 100 espèces de poissons différentes pour 100 m2.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] On y observe des requins comme Nebrius ferrugineus. (Photo Requin nourrice -fauve- ou Nebrius ferrugineus. Rob and Stephanie Levy CC BY-SA 2.0)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Les oiseaux sont également présents notamment le Crabier blanc, espèce vulnérable au niveau mondial, qui nidifie à Mayotte. Les mangroves et les îlots sont des refuges essentiels pour les oiseaux. (Photo Héron Crabier Blanc-Ampitolova, Majunga, Madadagascar. Randrianarimanana CC BY-SA 3.0)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Mais ce sont les mammifères marins qui font la caractéristiques du Parc marin : 22 espèces ont été répertoriées soit un quart des mammifères marins connus. Les baleines à bosse viennent mettre bas dans le lagon, les dauphins sont nombreux et présents toute l'année tant dans le lagon qu'en dehors. Enfin, une espèce rarissime peut être observée : le dugong. Il y aurait actuellement une dizaine d'individu de cette espèce encore mal connue. (Photo Un Dugong, ici à Marsa Alam (Egypte). Julien Willem CC BY-SA 3.0)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Différentes espèces de tortues sont résidentes à Mayotte, notamment la tortue imbriquée, espèce de tortue marine la plus menacée au monde. La tortue verte est très répandue, mais on observe aussi (rarement) des tortues caouanne et des tortues luth. (Photo Une tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata), ici à l'aquarium  Kélonia Resort à l'île de La Réunion. B.navez CC BY-SA 3.0)

Enfin, poissons coralliens, poissons de mangrove et poissons pélagiques forment une diversité extraordinaire et encore mal connue. On compte actuellement 760 espèces mais l'inventaire est loin d'être achevé... Wikipedia





AiresMarines 4/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Polynésie / USA : Contrôles maritimes : les pays de la région se donnent la main   Mar 10 Mar - 16:45

Il est arrivé jeudi matin à 8 heures dans le port de Papeete. Le Sherman, bateau des gardes côtes américains, fait escale à Tahiti pour se ravitailler.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] © POLYNESIE1ERE Contrôles maritimes : Les pays de la région se donnent la main

Certains des marins à bord seront "adoptés" par des familles polynésiennes ce week-end. Une opération proposée par le consultat des Etats-Unis. Ces marins mènent une mission de coopération avec les îles et pays du Pacifique pour lutter notamment contre la pêche illégale.

 polynesie1ere 6/3/2015


Polynésie 1ère 5/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actions et (répression) contre le trafic des espèces menacées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actions et (répression) contre le trafic des espèces menacées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» PETITION CONTRE LE TRAFIC DES ANIMAUX ( asso officielle de la SPA)
» ANTAC-EUROPE - association nationale et européenne contre le trafic des animaux de compagnie
» Contre le trafic d'ivoire : participez à la "marche" des éléphants
» Interpol lutte contre le trafic d'animaux, 8.700 oiseaux ou reptiles sauvés
» Trafic illégal d'espèces menacées sur Internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: TRAFICS / VOLS - MALTRAITANCE - SAUVETAGES - CAMPAGNES :: TRAFIC / BRACONNAGE-
Sauter vers: